Grossesse

Qu’est-ce que la prééclampsie?

Qu’est-ce que la prééclampsie?

Shutterstock Photographe : Shutterstock Auteur : Coup de Pouce

Grossesse

Qu’est-ce que la prééclampsie?

Heureusement peu fréquente, la prééclampsie peut entraîner de graves problèmes de santé chez la mère et son bébé. Un bon suivi de grossesse permet généralement de détecter la maladie et de mettre au monde un bébé en santé.

Maux de tête puissants, vertiges et troubles de la vue: ces symptômes caractéristiques de la prééclampsie se déclenchent souvent de façon soudaine; c'est pourquoi il est conseillé de consulter sans tarder. Ils peuvent être accompagnés d'autres symptômes comme une prise de poids subite (plus d'un kilo par semaine), d'œdème (gonflement des mains et du visage, commun durant la grossesse et pas toujours inquiétant), de douleurs abdominales, de nausées, de vomissements et d'acouphènes.

On ne connaît pas les origines exactes de la prééclampsie (autrefois appelée toxémie gravidique), mais on croit que les symptômes d'hypertension artérielle et de protéinurie (présence de protéines dans l'urine) qui la caractérisent sont causés par un placenta dysfonctionnel ou mal rattaché à l'utérus.

«Cette complication survient généralement en fin de grossesse, mais les cas les plus sévères peuvent se présenter aussi tôt qu'à la 20e semaine», souligne le Dr Emmanuel Bujold, obstétricien et chercheur clinicien dans le domaine de la prééclampsie au CHU de Québec.

Plusieurs facteurs de risques ont été dénotés, les plus importants étant:

  • Des antécédents de prééclampsie chez la femme enceinte ou sa mère;
  • De l'hypertension artérielle présente avant la grossesse;
  • Un surplus de poids ou de l'obésité;
  • Des origines africaines ou amérindiennes.

Ainsi, il n'y a pas véritablement de moyens d'éviter la maladie, mis à part l'adoption de saines habitudes de vie (bien manger, faire de l'exercice) avant et pendant la grossesse.

Les risques liés à la prééclampsie

Seulement de 2 à 5% des grossesses seront compliquées par une prééclampsie, mais les conséquences peuvent être graves: de 10 à 20% des décès maternels y sont attribuables dans les pays industrialisés.

«La prééclampsie peut entre autres mener à une crise hypertensive sévère ou à l'éclampsie, une crise de convulsions qui peut entraîner des complications neurologiques importantes chez la mère, souligne le Dr Jean-Claude Forest, directeur général adjoint aux affaires médicales et universitaires et chercheur clinicien au CHU de Québec. On l'associe également à des retards de croissance chez le fœtus et, parfois, au décès fœtal.»

Comme c'est le placenta qui est en cause, le traitement ultime de la maladie est l'accouchement. Les symptômes se résorbant d'eux-mêmes après son expulsion. Mais, pour des raisons qu'on ignore toujours, ceux-ci peuvent perdurer jusqu'à six semaines après la naissance du bébé et même, dans de rares cas, apparaître à l'accouchement.

Une prévention efficace

La maladie est diagnostiquée rapidement grâce aux prises de pression artérielle et aux analyses d'urine effectuées dans le suivi de grossesse habituel. Cela permet de prévenir les complications.

«Dans la majorité des cas, la femme qui reçoit un diagnostic de prééclampsie sera hospitalisée jusqu'à la fin de sa grossesse. Cela nous permet d'assurer un suivi étroit et de limiter ses hausses de pression afin de repousser son accouchement au maximum, spécifie le Dr Bujold. Selon l'état de la mère ainsi que l'âge et l'état du bébé, nous provoquons ensuite l'accouchement pour éviter que la prééclampsie se détériore.» Ainsi, de nombreuses femmes réussissent à accoucher d'un bébé en santé et se rétablissent très rapidement par la suite.

 

Commentaires

Partage X
Grossesse

Qu’est-ce que la prééclampsie?

Se connecter

S'inscrire