Grossesse

Le fœtus, vulnérable au stress lié aux catastrophes naturelles

Le fœtus, vulnérable au stress lié aux catastrophes naturelles

iStockphoto.com Photographe : iStockphoto.com Auteur : Coup de Pouce

Grossesse

Le fœtus, vulnérable au stress lié aux catastrophes naturelles

Les changements climatiques et les catastrophes naturelles qui les accompagnent sont néfastes pour les femmes enceintes, puisque le fœtus serait extrêmement vulnérable au stress ressenti par la mère.

Ouragans, inondations et tempêtes de verglas ont des effets sur la santé mentale des femmes enceintes, et cela a des répercussions sur leur enfant à naître. Ces conclusions font suite à une conférence de trois jours qui s'est tenue à la fin du mois de janvier à l'Institut universitaire en santé mentale Douglas.

Les experts présents ont affirmé que le stress chez les mères occasionné par le fait de vivre l'un de ces cataclysmes pouvait entraîner des conséquences extrêmement graves sur le développement et le bien-être à long terme de leur enfant.

Les effets de la crise de verglas

La Dre Suzanne King, directrice de la recherche psychosociale à l'Institut Douglas, a démontré que les enfants nés de mères ayant vécu un stress intense lors de la tempête de verglas de 1998 avaient obtenu une note de QI (quotient intellectuel) moins élevée et des performances linguistiques plus faibles que ceux dont les mères avaient subi moins de stress. Selon ses recherches, des structures cérébrales particulières pourraient être vulnérables au stress maternel à un stade précoce de la grossesse.

La Dre King précise que le stress de toute sorte est fréquent pendant une grossesse, mais que contrairement à un deuil ou à une perte d'emploi, les catastrophes naturelles ne présentent pas de signes avant-coureurs. Ces phénomènes totalement imprévisibles génèrent donc un stress plus intense. Un bouleversement imprévu agit sur l'hippocampe, qui est responsable de la régulation du stress en contenant le flot de molécules lié au stress quand la menace disparaît. Les molécules de stress qui n'ont pas été endiguées «font l'effet de toxines» chez le bébé, explique la psychiatre.

La prochaine étape des recherches visera à déterminer si l'hippocampe des fœtus est affecté. Cette région du cerveau sera étudiée, par imagerie médicale, chez 60 enfants nés avant le verglas et chez 60 bébés du verglas. La Dre King collabore aussi avec un chercheur de l'Iowa. Ils effectuent un suivi auprès des enfants dont la mère a été touchée par les inondations survenues en juin dernier dans cet État afin d'isoler les effets dus à cet événement de ceux qui pourraient être génétiques.

Les enfants plus vulnérables aux catastrophes

Les chercheurs présents à la conférence ont également relevé une plus grande vulnérabilité par rapport au stress chez les enfants ayant subi une catastrophe naturelle. Gordon McBean, prix Nobel, professeur et directeur des sciences politiques à l'Institut de prévention des sinistres catastrophiques de l'Université de Western Ontario, souligne que «les enfants peuvent être particulièrement vulnérables aux désastres naturels parce que leur perception du danger n'est pas complètement développée. Ils ont besoin d'aide pour se protéger et adopter des attitudes préventives».

Stacy Overstreet, professeure agrégée au département de psychologie de l'Université Tulane, confirme que les catastrophes naturelles représentent chez les enfants un facteur de risque important d'apparition d'un problème de santé mentale. Ses recherches ont démontré qu'un an après le passage de l'ouragan Katrina, 55,3 % des enfants vivant dans des logements subventionnés au Mississippi avaient connu des difficultés émotionnelles ou comportementales qui n'existaient pas avant cet événement. De l'anxiété, une dépression ou un trouble du comportement ont aussi été diagnostiqués chez des enfants habitant le Mississippi et la Louisiane, qui ont été fortement frappés par Katrina.

Soutenir femmes enceintes et enfants

Le but de la conférence était de concevoir un plan visant à déterminer la meilleure façon de diriger les recherches sur les femmes enceintes durant des catastrophes naturelles et d'ainsi mettre sur pied des interventions et stratégies adéquates afin de soutenir les mères dans ces périodes de crise. Les experts visent également à mettre en branle des moyens pour renverser la tendance observée chez les enfants qui ont vécu un choc provoqué par l'ouragan Katrina.


 

Source

Institut universitaire en santé mentale Douglas

Commentaires

Partage X
Grossesse

Le fœtus, vulnérable au stress lié aux catastrophes naturelles

Se connecter

S'inscrire