Le prénom fait partie de notre identité personnelle mais aussi civile. Voici ce qu'il faut savoir à ce propos.

• Il est possible de donner à notre enfant un ou plusieurs prénoms, mais le Directeur de l'état civil du Québec recommande d'en limiter le nombre à quatre - histoire de lui faciliter les choses quand vient le moment de s'identifier.

• Dans la déclaration de naissance (qui nous est remis à l'hôpital ou qu'on se procure auprès du Directeur de l'état civil), il est important de placer le prénom usuel au début de l'énumération.

• Si un des prénoms est composé, il est préférable de lier les deux éléments par un trait d'union.

• Même si on a déjà envoyé la déclaration de naissance au Directeur de l'état civil, on a 30 jours à compter de la date de naissance de l'enfant pour y faire des changements. Après ce délai, on doit entreprendre une procédure de demande de changement de nom (environ 300 $, incluant les frais d'administration et de publication d'avis).

• Le Directeur de l'état civil peut nous inviter à modifier un prénom s'il considère qu'il prête au ridicule ou est susceptible de déconsidérer l'enfant. Si on refuse, il dressera quand même l'acte de naissance, mais il en avisera le procureur général. Celui-ci peut, dans les 90 jours suivant l'inscription de l'acte de naissance au registre de l'état civil, demander au tribunal de changer le prénom controversé (c'est au juge de trancher, mais il le fait généralement en collaboration avec les parents).

• Si un enfant a plusieurs prénoms, il peut changer celui qu'il utilise habituellement pour l'un de ceux qui paraissent dans son acte de naissance sans avoir recours à la procédure de demande de changement de nom (ce qui n'est pas le cas s'il veut utiliser un prénom qui ne figure pas sur son acte de naissance). Il doit cependant en aviser le Directeur de l'état civil et entamer les démarches nécessaires pour en informer les autorités concernées (RAMQ, SAAQ, Revenu Québec, etc.).

Merci à Maude Laflamme, agente d'information au Directeur de l'état civil.



À lire également: Histoires de prénoms