6-12 ans

Troubles d'apprentissage: la vie continue!

Auteur : Coup de Pouce

6-12 ans

Troubles d'apprentissage: la vie continue!

Une fois que l'on sait que notre enfant souffre de troubles d'apprentissage, comment continuer à vivre le plus normalement possible?

Tout le monde, dans sa vie, connaît des périodes où on a l'impression de devoir concentrer toutes ses énergies à simplement garder la tête hors de l'eau. Avec un enfant aux prises avec des troubles d'apprentissage (TA) dans la famille, de tels moments peuvent malheureusement survenir plus souvent. Or, personne ne peut endurer de charge trop lourde pendant une longue période…

Bien sûr, quand l'enfant bénéficie d'un soutien professionnel, cela contribue à soulager un peu les parents. D'un autre côté, les multiples rendez-vous qu'implique ce soutien peuvent s'avérer très exigeants pour les parents. Comment arriver à gérer ces nouvelles «obligations» sans s'épuiser? Comment vivre au mieux toutes les émotions que cette situation engendre? Comment affronter le jugement d'autrui et calmer nos peurs?

Diverses ressources
L'Association québécoise des troubles d'apprentissage (AQETA)
Même si on n'est pas membre, on peut consulter son site Web ou utiliser son service d'écoute téléphonique gratuitement. On peut aussi devenir membre de l'AQETA, moyennant une contribution de 30 $, donnant accès à une multitude de services qui peuvent varier d'une région à l'autre: documentation, conférences, services de répit (p. ex., gardiennage, aide aux devoirs, etc.), camps de vacances, café-causerie, etc. Pour plus de renseignements, consultez la page «Sections locales et regroupements».

«Lorsque j'ai appris que l'AQETA existait, je me suis dit que c'était bien, une telle ressource, mais bizarrement, je ne pensais pas y faire appel. Après un an de rendez-vous professionnels, de prises de tête au sujet de décisions pour les études de mon fils, et de pression que je ressentais de la part de son école, j'ai décroché le téléphone et j'ai appelé la ligne d'écoute. Après quelques minutes, je pleurais! Et la dame à l'autre bout du fil me laissait pleurer et ça me faisait du BIEN! Ce qui m'a touchée, c'est que sans que j'aie à expliquer ma situation pendant des heures, comme je devais le faire avec les psys et autres professionnels, je me suis sentie comprise. Quand elle me parlait de mon fils – et comment il devait se sentir –, j'avais l'impression qu'elle le connaissait. C'était exactement ça! Il faut dire que cette dame vit elle-même avec des TA. En plus d'être empathique à l'égard de mon garçon, elle l'était envers moi. Moi, comme maman, comme femme, comme être humain. Je ne saurais décrire mon soulagement, et l'énergie que ça m'a donnée pour continuer!» – Lydie, 31 ans.

Lorsqu'on parle à madame Lorraine Patry-Diotte, directrice de la section AQETA – Laval, et animatrice de groupes d'entraide «Parents, vous n'êtes pas seuls», on sent poindre l'espoir. Cette dame, mère d'un jeune adulte en TA, travaille avec les parents depuis 20 ans. Elle leur offre trucs et conseils sur les moyens de s'en sortir, les baisses d'estime personnelle, l'encadrement des devoirs, la préservation de l'harmonie dans la maison, etc. Elle trouve important d'aider les parents à briser l'isolement et à profiter d'un peu de temps pour eux seuls. De plus, la dynamique de groupe peut être très aidante: les parents s'échangent des trucs, se comprennent, s'encouragent… Si de tels ateliers se donnent dans votre région, c'est une occasion à saisir.

Pour plus de renseignements:
Madame Lorraine Patry-Diotte
Tél.: 450 668-0123
Téléc.: 450 668-9000
Courriel.

Les associations PANDA du Québec (Parents aptes à négocier le déficit de l'attention)

Comme son nom l'indique, PANDA a pour vocation d'aider les parents ayant un enfant souffrant d'un déficit de l'attention. Ces associations offrent de l'écoute téléphonique, de l'accompagnement dans les démarches, un programme de formation pour les parents, des programmes de développement des habiletés sociales pour les enfants, des références, etc.

Chantale et Danièle, deux mamans qui ont fait appel aux services de PANDA, utilisent sensiblement les mêmes mots pour décrire les bienfaits de l'organisme: «PANDA était là pendant mes moments de détresse», »PANDA est très aidant dans les moments de doute».

Les écoles Vanguard Québec
Même si elles ne constituent pas des ressources en tant que telles pour les parents, ces trois écoles – réputées pour leurs services auprès des élèves en troubles d'apprentissage – peuvent aider les parents comme les enfants. Ces écoles sont situées à Montréal et à Laval. Si vous habitez dans l'une ou l'autre de ces villes, cela peut valoir le coup de vous informer.
«Le niveau d'apprentissage est personnalisé. Les professeurs s'adaptent à chaque élève pour mieux l'aider. Je remercie Vanguar pour m'avoir aidé dans mes études, ma mère pour m'avoir proposé d'y aller, et moi parce que j'ai accepté d'y aller et que ça a changé ma vie.» – Jérémie, 15 ans.

Le CRAN (Centre de rééducation d'approche neuropsychologique)
Les parents qui en ont les moyens décident souvent de se tourner vers des ressources privées. Le CRAN est l'une d'elles. On y offre un suivi multidisciplinaire adapté aux particularités de l'enfant, tout en soutenant les parents.

Pour plus de renseignements:
Centre de rééducation d'approche neuropsychologique
30, rue Fleury Ouest
Montréal, (Québec)
H3L 1S8
Tél.: 514-858-5675
Courriel.

Pour en savoir plus sur ces ressources ou pour connaître celles qui existent dans votre région, il ne faut pas hésiter à questionner tous les intervenants qui travaillent avec votre enfant, ainsi que CLSC, les lignes d'aide téléphonique et les autres parents qui vivent la même chose que vous. L'isolement est le pire ennemi de l'enfant en troubles d'apprentissage… et de ses parents!

Commentaires
Partage X
6-12 ans

Troubles d'apprentissage: la vie continue!

Se connecter

S'inscrire