6-12 ans

Exercices de méditation pour enfants

Exercices de méditation pour enfants

� iStockphoto Photographe : � iStockphoto Auteur : Coup de Pouce

6-12 ans

Exercices de méditation pour enfants

Quand ma fille avait cinq ans, elle avait du mal à s'endormir. Elle me demandait souvent : « Quand mon corps est fatigué mais pas ma tête, comment faire pour dormir ? »Parfois, à dix heures du soir, elle n'avait toujours pas trouvé le sommeil. Elle se levait. La fatigue s'accumulait. Toutes sortes d'idées lui trottaient dans la tête. Des histoires effrayantes l'empêchaient de dormir : Tom ne voulait plus jouer avec elle ; son poisson rouge était mort ; quelqu'un était caché sous son lit et voulait la tuer. Nous avons tout essayé : raconter des histoires, prendre un bain chaud, faire des exercices de relaxation, dire sur un ton irrité que cela suffisait et qu'elle devait maintenant dormir comme tout le monde. Rien n'y faisait. Finalement, j'ai trouvé une solution : il suffisait que ma fille écoute moins les ruminations dans sa tête et qu'elle fasse descendre son attention, lentement, depuis sa tête jusqu'au ventre ; elle devait essayer encore et encore, jusqu'à ce qu'elle finisse par se calmer. Dans le ventre, il n'y a pas d'idées. Là se trouve la respiration qui, comme une houle douce, bouge constamment. Un mouvement doux, un mouvement apaisant. Un mouvement qui, lentement, la berçait en l'endormant. Ma fille a maintenant 21 ans et elle utilise encore souvent cet exercice.

Beaucoup d'enfants apprécient ce petit travail de conscience de la respiration tout juste avant de dormir. La « pleine conscience » intéresse également les parents qui aimeraient bien trouver un moyen de se détacher du flux des pensées qui traversent la tête. Les pensées ne s'arrêtent pas : on peut seulement cesser d'y prêter attention ou d'y attacher de l'importance.

Qu'est-ce que la pleine conscience ?

La « pleine conscience », c'est simplement être présent de façon consciente, comprendre ce qui se passe maintenant, en adoptant une attitude d'ouverture et de bienveillance. Être présent ici, dans l'instant, sans juger, sans rejeter ce qui se passe, sans se laisser entraîner par l'agitation du jour. Non pas penser à ce qui se passe maintenant, mais être dans l'ici et le maintenant. (...)

La pleine conscience, c'est percevoir le soleil sur sa peau, sentir des gouttes salées couler sur ses joues ; c'est éprouver l'irritation dans son corps, la joie et aussi le malaise au moment où ils apparaissent. Il n'est pas nécessaire d'en faire quelque chose ou de tout de suite y réagir. (...)

Pourquoi la pleine conscience convient-elle aux enfants ?

La pratique de la pleine conscience avec les enfants répond à une aspiration pressante des enfants et des parents qui, en notre époque exigeante, souhaitent le calme physique et mental. Mais le calme ne suffit pas.                        

De 2008 à 2010, j'ai développé une formation à la pleine conscience pour les enfants à l'école. La formation s'intitule : « L'attention, ça marche ! » Elle est basée sur le programme classique de huit semaines destiné aux adultes. Trois cents enfants ont suivi cette formation. Douze enseignants et cinq écoles y ont participé, pendant huit semaines, à raison d'une demi-heure de formation par semaine et de dix minutes d'exercices par jour. Les exercices ont continué durant toute l'année scolaire. Les enfants et les enseignants se sont montrés enthousiastes. Ils ont constaté davantage de calme en classe, une meilleure concentration et plus d'ouverture d'esprit. Les enfants sont devenus plus gentils, envers eux-mêmes et envers les adultes, ils ont acquis davantage de confiance en eux. Ils ont émis moins rapidement des jugements. (...)Ce qui s'apprend enfant servira longtemps

Les enfants sont naturellement curieux. Ils ont envie d'apprendre. Ils restent facilement en contact avec le moment présent. Ils savent faire attention. Toutefois, comme les adultes, ils sont souvent stressés, fatigués, vite distraits, inquiets. Beaucoup d'entre eux font trop de choses et ne sont pas suffisamment. Ils deviennent déjà grands alors qu'ils n'ont pas vraiment été des enfants. Socialement, émotionnellement, en famille et à l'école, ils ne savent plus où donner de la tête. Ajoutez à cela tout ce qu'ils doivent apprendre et mémoriser. C'est énorme. Le bouton « marche » fonctionne, mais où se trouve le bouton « pause » ?

En s'exerçant à être attentifs et consciemment présents, les enfants apprennent à s'arrêter, à reprendre leur souffle et à sentir ce dont ils ont besoin dans l'instant présent. Ils peuvent alors débrancher le pilote automatique. Ils perçoivent mieux les impulsions pour ce qu'elles sont. Ils apprennent à accepter qu'il y ait dans la vie des choses désagréables, pas cool. Ils apprennent à y accorder de l'attention, une attention bienveillante. Ils apprennent à ne pas dissimuler. Cela leur permet de comprendre leur monde intérieur et celui des autres. Les enfants qui apprennent à expérimenter l'attention, la patience, la confiance et l'acceptation pourront ensuite transmettre ces attitudes à leurs enfants. Ainsi s'instaure un circuit du don de l'attention consciente, de sa réception et de sa transmission. Libérés d'hier, libres de ce que sera demain, vos enfants s'enracinent dans le maintenant.

Comme un jeune arbre, avec beaucoup d'espace pour croître et pour pouvoir être soi-même. Ce qui s'apprend dans l'enfance peut servir jusqu'à la vieillesse.

À quels enfants conviennent ces exercices de pleine conscience ?

Les exercices décrits ici conviennent pour tout enfant de 5 à 12 ans, heureux de pouvoir mieux se concentrer, heureux de savoir comment s'apaiser quand les idées n'arrêtent pas de tourner, heureux de mieux ressentir et de mieux comprendre ses sentiments. Ces exercices conviennent également à tout enfant qui souhaite s'accepter tel qu'il est et avoir davantage confiance en lui-même. Beaucoup d'enfants, en effet, n'ont pas une bonne estime d'eux-mêmes, ils trouvent qu'ils ne sont pas suffisamment bien, pas assez cool. Ils ruminent, ils se débattent avec une certaine image d'eux-mêmes, ils réagissent en se refermant ou en se faisant remarquer, en devenant des « soumis » ou en ne pensant qu'à eux-mêmes, en embêtant les autres et en devenant agressifs.

Les exercices sont-ils également indiqués pour des enfants hyperactifs, dyslexiques ou qui présentent des caractéristiques autistiques ?

Oui, la plupart de ces enfants adhèrent aux exercices, mais bien sûr, ce ne sont pas des remèdes à leur trouble. La pleine conscience n'est pas une psychothérapie. Néanmoins, elle permet aux enfants d'apprendre à gérer autrement les troubles ou les problèmes qui les perturbent, comme les orages dans la tête, l'impulsion à toujours bouger ou à faire immédiatement ce qui leur vient à l'esprit.

Ce texte est extrait du livre Calme et attentif comme une grenouille, D'Eline Snel, publié aux Éditions Transcontinental.

Commentaires

Partage X
6-12 ans

Exercices de méditation pour enfants

Se connecter

S'inscrire