6-12 ans

4 façons de contrer les troubles d'apprentissage à l'école

4 façons de contrer les troubles d'apprentissage à l'école

Auteur : Coup de Pouce

6-12 ans

4 façons de contrer les troubles d'apprentissage à l'école

Qui dit école dit évidemment apprendre, mais qu'en est-il lorsqu'on apprend différemment? Regard sur les défis que doivent relever les enfants avec un TA.

Les troubles d'apprentissage étant «invisibles», ils peuvent être difficiles à détecter en très bas âge. Bien que certains retards dans les acquisitions de notre enfant puissent nous interpeller, certains enfants manifestent ces retards sans pour autant posséder de TA, et d'autres n'ayant pas ces retards en souffrent. C'est donc souvent quand Junior arrive à la maison avec ses devoirs que l'alarme se met en marche.

«Dès sa première année du primaire, mon fils n'aimait pas beaucoup les devoirs et les leçons. Il était agité, lunatique, il avait du mal à bien écrire... Il semblait oublier en 30 secondes la matière que je venais de m'évertuer à lui faire réviser. Au fil du temps, l'heure des devoirs - ou les heures - est devenue synonyme de tension extrême, pour lui comme pour moi», raconte France, une maman de 34 ans.

Retour en arrière. Si on allait tout d'abord voir comment a pu se passer la journée de l'enfant?

Ce que votre enfant a pu vivre aujourd'hui

  • En classe
    Premièrement, sachons que l'enfant qui a un trouble d'apprentissage se donne à 150 % à l'école. Il est très intelligent, mais son cerveau ne reçoit ni ne traite l'information comme la majorité de ses pairs. C'est dire tous les efforts que cet enfant met pour assimiler la matière «comme les autres».

    Votre enfant peut avoir diverses difficultés: lire les mots à l'envers, avoir des grosses difficultés avec sa calligraphie, mal comprendre les instructions données verbalement, peiner à ranger son bureau, etc. On parle ici de «cas par cas».

    Quand il ne comprend pas ce que l'enseignant attend de lui, il peut faire face à des réactions très négatives, tant de la part de l'enseignant que de celle de ses «amis». Rapidement, il pourra être étiqueté: paresseux, lunatique, pas assez motivé, gaffeur, désordonné, même «attardé»...

    Outre les remarques qui se veulent «constructives» du genre: «Avec plus d'efforts, tu y arriverais» ou «Concentre-toi et tu seras aussi bon que ton ami», il peut entendre bon nombres de moqueries, chuchotées dans son dos... ou criées vers lui. Quand il se trompe ou quand il pose une question «de trop», il reçoit parfois comme réponse de l'enseignant ou de ses pairs des regards sans équivoque ou des soupirs contrariés. Tout pour l'isoler de plus en plus et pour lui donner une image de lui-même pas très encourageante...

    Quand il tombe sur un enseignant avec qui il a des atomes crochus, ou qui lui démontre beaucoup d'empathie, cela peut adoucir l'épreuve. Mais les enseignants ont des classes de plus en plus nombreuses à gérer et eux aussi peuvent être épuisés. De plus, un TA ne vient pas et ne repart pas comme ça. C'est un handicap permanent. Les choses ne se règleront pas toutes seules.
  • Ce que votre enfant a pu vivre aujourd'hui (suite)
  • La récréation
    Moment béni par une majorité d'élèves, la période de la récréation peut se révéler cauchemardesque pour un enfant aux prises avec un TA. Quand il est doué en sport, ça peut aller, mais quand il a des problèmes de coordination, d'équilibre, de motricité... Qui n'a pas connu un enfant à qui on ne passe pas le ballon ou qu'on ne choisit jamais dans son équipe?

    Railleries, mauvais tours, bousculades... Ça continue. De plus, l'enfant avec un TA peut se faire remarquer négativement par ses pairs pour d'autres raisons. Il peut arriver qu'il ait du mal à attacher ses chaussures, qu'il oublie de s'essuyer la bouche après le repas, qu'il semble ne pas se préoccuper de sa posture, de l'aspect de ses vêtements. Certains enfants avec un TA ont aussi du mal à bien écouter les autres, ils regardent ailleurs, ils coupent la parole, ils peuvent sembler narcissiques. Ils peuvent avoir du mal à adapter leur discours selon l'âge de leur interlocuteur. Si les adultes peuvent se permettre de juger un enfant qui a une telle attitude ou une telle allure, imaginez la perception que peuvent avoir les autres enfants. Perception qu'ils expriment souvent très spontanément et avec très peu de tact.

    Si notre enfant a été diagnostiqué en TA et s'il a été transféré en classe d'adaptation scolaire, on se dit - et on se le fait dire souvent - que son estime personnelle remontra, qu'il sera moins harcelé... Selon Nadia Rousseau, docteure en psychopédagogie et auteure de nombreux livres sur le sujet, l'enfant en classe spécialisée ne sera pas à l'abri des moqueries. Son estime pourrait même se dégrader.

    «En classe DGA (difficultés graves d'apprentissage), je me fais traiter de débile par tout le monde. En plus, on fait des travaux de bébés, ça doit vouloir dire que je suis trop nul pour autre chose», confie Jérémy, 10 ans.

    Le retour à la maison
    La journée d'école se termine. Votre enfant rentre à pied ou en autobus et les moqueries continuent, voire s'amplifient... Cela peut aussi avoir une répercussion sur ses temps libres, sur sa vie sociale en dehors de l'école. Les petits voisins qui l'ont «taquiné» à l'école ne s'arrêteront pas une fois dans la rue… Alors où trouver des amis?
  • Que faire pour faire changer les choses?
    Que faire pour que, malgré son TA, notre enfant puisse avoir le sourire, vivre des réussites, voir son potentiel? C'est ce que tout parent désire et c'est possible d'agir pour y parvenir.

    1. Faire équipe
    Tous les spécialistes l'affirment, il faut faire équipe. Avec l'enfant, avec le milieu scolaire et avec tous les spécialistes (psychologues, orthophonistes, ergothérapeutes et autres). Dès que vous soupçonnez que votre enfant pourrait avoir un TA, il est important de chercher de l'aide. Vous pouvez en parler avec votre pédiatre afin qu'il vous réfère en pédopsychiatrie ou autres. Ne craignez pas non plus de demander à rencontrer les intervenants de l'école.

    2. Être proactif
    Que vous choisissiez une classe spécialisée pour votre enfant ou une classe régulière, vous êtes en droit de demander à votre commission scolaire de recevoir des services adaptés pour votre enfant. Avant de prendre une décision, osez poser toutes les questions nécessaires afin de faire un choix éclairé. Certains parents font aussi bouger les choses en s'impliquant dans les conseils de parents, en animant des ateliers de sensibilisation, en proposant l'achat de matériel à la direction.
    Comme outil de sensibilisation, Nadia Rousseau a conçu un coffret complet, la trousse Dans les bottines de Benoit, qui commence à faire ses preuves dans certaines écoles.Pourquoi pas en parler à l'enseignant de votre enfant?

    3. Sensibiliser
    Un TA, c'est un handicap. Un handicap invisible. Tout comme on ne dit pas à quelqu'un qui n'a pas de jambes «Lève-toi et marche», on ne peut dire à une personne en trouble d'apprentissage: «Force-toi et apprends à notre façon». Plus la société en sera consciente, plus les choses iront en s'améliorant.

    «J'aimerais ça dire au monde que c'est pas parce qu'on a un trouble d'apprentissage qu'on est idiot.» - Jérémy

    Mais par où commencer?
    Pour le moment, après une énième crise à l'heure des devoirs, après un autre mot «négatif» du professeur dans l'agenda de votre enfant, que faire?

    Il existe au Québec une ressource, une mine d'or pour les parents d'enfants avec un TA, l'Aqeta (Association québécoise des troubles d'apprentissage). Son site Web regorge d'informations et on peut répondre à vos questions. Ne restez pas seul à vous questionner et à vous culpabiliser. Il y a de l'espoir.

    Commentaires

    Partage X
    6-12 ans

    4 façons de contrer les troubles d'apprentissage à l'école

    Se connecter

    S'inscrire