13 ans et plus

La puberté chez les adolescents autistes

La puberté chez les adolescents autistes

  Photographe : iStock

13 ans et plus

La puberté chez les adolescents autistes

Sautes d’humeur, mue de la voix, apparition de poils… la puberté est riche en transformations. Comment ça se passe pour les ados qui vivent avec un trouble du spectre de l’autisme et qui n’aiment pas le changement?

Justine, 14 ans, est une jeune autiste qui possède un riche vocabulaire, «mais qui l’utilise seulement si c’est nécessaire», rapporte sa mère Catherine Chevrette. Signe qu’elle est bien en pleine puberté, sa phrase préférée est: «Laisse-moi là tranquille!» «La puberté et ses transformations ne sont pas toujours faciles pour les jeunes qui présentent un trouble du spectre de l’autisme (TSA), car ils aiment les choses prévisibles et craignent généralement le changement», indique la psychoéducatrice Catherine Dorion. On peut toutefois les aider à bien vivre ce passage.

Apprendre à gérer ses émotions

Comme tous les ados, les jeunes TSA sont aux prises avec des changements hormonaux qui jouent avec leurs émotions. «Comme ils n’arrivent pas toujours à nommer ce qu’ils ressentent, il peut y avoir plus de sautes d’humeur et de crises durant cette période, indique Mme Dorion. Des cartes d’émotions en images ou un thermomètre des émotions peuvent les aider à s’exprimer. Il faut aussi leur donner des outils pour se calmer.»

«Parfois, je sens que Justine veut nous communiquer quelque chose, mais qu’elle n’en est pas capable, raconte sa mère, Catherine. Elle peut alors faire une crise ou se mettre à pleurer. On lui demande ce qu’il y a, si elle a mal, mais on n’a pas toujours de réponse. On lui a appris à prendre de grandes respirations en montant les bras pour se calmer. Cette technique fonctionne bien et, parfois, je la surprends à le faire d’elle-même.»

Annoncer les changements à venir

L’aire visuelle du cerveau des autistes est très développée, et ils ont souvent besoin d’images pour comprendre les choses. Les livres d’images sur l’évolution du corps de l’enfant, de l’adolescent jusqu’à l’adulte, sont très utiles pour les préparer aux transformations physiques qui surviennent (voix qui mue, apparition des poils et des seins, arrivée des règles). «Ils ont aussi besoin de voir de manière très concrète quoi faire, ajoute Catherine Dorion. Il faut leur montrer ce qu’est une serviette hygiénique et comment la mettre en place.»

Catherine Chevrette craignait un peu les premières règles de Justine. «Elle perd connaissance chaque fois qu’elle entre dans un hôpital ou chez le dentiste, dit-elle. Je me demandais comment elle allait réagir à la vue du sang. Quand elle a eu ses premières règles, j’étais en voyage et c’est ma belle-mère qui gardait. Finalement, ça s’est bien passé. Elle pensait qu’elle avait un bobo et qu’elle devait aller à l’hôpital. C’est ma plus jeune qui a rassuré Justine. Elle lui a dit qu’elle n’était pas malade, qu’elle avait ses règles, comme moi. Elle lui a montré quoi faire. Elle le savait car les filles m’avaient vu faire souvent.»

Préparer l’éveil sexuel

Les jeunes qui vivent avec un TSA n’ont pas tout à fait la même conscience du corps que nous. «Ils ont besoin d’aide pour comprendre les notions d’intimité et les conventions sociales», indique Dominic Daunais, éducateur spécialisé. «On doit leur apprendre, par exemple, quelles sont les parties intimes, où ils peuvent se déshabiller et où ils ne doivent pas le faire, ajoute Catherine Dorion. L’éducation sexuelle avec les adolescents, c’est important; avec les jeunes TSA, c’est une coche de plus! Ils ont besoin de détails explicites pour bien comprendre. Par exemple, l’ado qui découvre la masturbation doit apprendre qu’il ne peut pas toucher ses parties intimes en public. Il faut lui dire clairement où il peut le faire et quand il peut le faire, et souvent à l’aide d’images.» Les parents qui en ressentent le besoin peuvent aller chercher du soutien auprès d’intervenants pour aborder le sujet. La clinique Autisme & Asperger de Montréal, où travaille M. Daunais, propose notamment des ateliers sur l’éducation sociosexuelle pour les parents et les ados TSA.

Pour aller plus loin

Clinique Autisme & Asperger de Montréal

Fédération québécoise de l’autisme

Guide de sexualité pour les autistes au pays des neurotypiques, Marie-Michèle Lamarche, Fédération québécoise de l’autisme, 2017, 68 p. 19,25 $

 

 

Commentaires

Partage X
13 ans et plus

La puberté chez les adolescents autistes

Se connecter

S'inscrire