13 ans et plus

Inquiétudes de parents d'ados

Inquiétudes de parents d'ados

Auteur : Coup de Pouce

13 ans et plus

Inquiétudes de parents d'ados

Comment se ménager des moments intimes quand nos ados se couchent plus tard que nous? Votre ado s’est fait prendre au vol à l’étalage? Vous cherchez des recommandations de mamans d’ados, comme vous? Voici quelques histoires et conseils réconfortants.

Conseils de mamans

Comment se ménager des moments intimes quand nos ados se couchent plus tard que nous?

«Nous mettons de la musique ou laissons le téléviseur allumé, question qu'il y ait un bruit de fond. En vieillissant, notre fils passe plus de temps chez des amis, parfois même pour dormir. Nous profitons de ces occasions pour avoir du temps de qualité entre amoureux sans craindre qu'il écoute à la porte.» Marie-Claire, maman de William, 11 ans.

«Les câlins, maintenant, c'est le matin que ça se passe. De toute façon, nous sommes plus en forme au réveil qu'au coucher...» Andrée, maman de Mathieu, 14 ans, et Magali, 16 ans.

«Quand notre fils a eu 13 ans, nous lui avons aménagé une chambre au sous-sol. Il est très heureux... et nous aussi!» Isabelle, maman de Jonathan, 15 ans.

Elle s'est fait prendre à voler à l'étalage

Une fois qu'on a repris notre calme, il faut avoir une bonne discussion avec notre ado (mais pas devant le commerçant, s'il nous a appelée). On lui demande d'abord pourquoi elle a agi ainsi (par défi? pour se procurer un bien inaccessible?), mais, peu importe ses raisons, on insiste sur le caractère inacceptable du geste. On évite de minimiser son geste ou de lui trouver des excuses. «On renforcerait ainsi son comportement fautif en plus de banaliser le vol, dit Alain Perron, psychologue au Centre Jeunesse de la Mauricie et du Centre-du-Québec. Elle se dirait que ce n'est pas plus grave que ça et pourrait recommencer à la première occasion.»

Comme notre objectif est plutôt de la responsabiliser, M. Perron recommande une conséquence proportionnelle à la gravité du geste. «La priver de sorties pendant six mois pour une tablette de chocolat serait exagéré et pourrait l'amener à se révolter et à poser des gestes encore plus répréhensibles.» Dans un cas comme celui-ci, des excuses au commerçant pourraient suffire. Selon la situation, on pourrait aussi lui interdire d'aller au centre commercial pendant un certain temps ou de fréquenter certains amis, par exemple.

 

Il est au secondaire: a-t-on encore un rôle à jouer?

«Tout à fait! répond Stéphane Roger, enseignant à l'École secondaire Mont-Bruno. Plusieurs parents croient que leur jeune peut s'organiser seul. Or, l'élève du secondaire a encore besoin de soutien et d'encadrement.» Ainsi, on peut l'aider à organiser son étude et son travail scolaire. On vérifie aussi son agenda, on lui offre notre aide pour réviser et on jette un coup d'œil sur ses devoirs. «Il n'est pas nécessaire de comprendre la matière pour s'assurer que les travaux sont faits», insiste M. Roger. Il n'a jamais de devoirs? On pose des questions, on consulte le portail de l'école, on contacte ses professeurs, bref, on s'informe!

De nos jours, les jeunes ont un emploi, des activités parascolaires et une vie sociale remplie, ce qui leur laisse peu de temps pour les études. «C'est le rôle des parents de veiller au grain, dit M. Roger. S'il y a lieu, il faut limiter les autres activités.»

Commentaires

Partage X
13 ans et plus

Inquiétudes de parents d'ados

Se connecter

S'inscrire