13 ans et plus

Étudier, on peut y prendre goût!

Étudier, on peut y prendre goût!

� Istockphoto.com Photographe : � Istockphoto.com Auteur : Coup de Pouce

13 ans et plus

Étudier, on peut y prendre goût!

Étudier, c’est à mourir d’ennui, jusqu’au jour où l’on étudie vraiment. On y prend goût! Prends garde, car on s’habitue à la réussite.

Te voilà au secondaire. Que faire maintenant? Tes parents te disaient depuis quelques années que l'école secondaire, c'est une jungle. Ton professeur de 6e année a pris le temps d'expliquer à la classe comment cela fonctionne là-bas. Une visite a été faite dans ta nouvelle école pour faciliter ton intégration. Pourtant, tes amis plus âgés qui sont déjà là te racontent qu'au secondaire, tu es beaucoup plus libre: les profs sont moins «exigeants», c'est toi qui décides si tu fais ou non tes devoirs. Ils te disent surtout que les filles sont belles!

Effectivement, entrer au secondaire est un défi important. Mais le défi principal est de bien s'organiser pour réussir: l'école existe avant tout pour te faire découvrir de nouvelles connaissances, pour t'aider à apprendre, pour te nourrir de savoir. Il peut être tentant de penser que la réussite scolaire va arriver facilement et qu'il vaut mieux garder ses énergies pour les choses vraiment essentielles comme les amis, le sport, le théâtre, le «look» et le prochain party.

Les devoirs en un coup de baguette?

Malheureusement, la vie scolaire, ce n'est pas comme dans les livres d'Harry Potter: il faut plus qu'un coup de baguette pour que devoirs et études se fassent. La vie à l'école secondaire ressemble davantage à la fable de La Fontaine, où un lièvre et une tortue se font la course. Pendant que la tortue s'applique à avancer, lentement mais sûrement, le lièvre, lui, batifole dans les champs, sûr de sa victoire, persuadé qu'il aurait toujours le temps de rattraper un adversaire aussi lent. Mais la tortue avait compris que pour gagner, mieux vaut commencer tôt et se donner du temps. Devine qui a gagné? La sage tortue.

Étudier, qu'est-ce que ça rapporte?

Réussir à l'école comme dans les autres secteurs de ta vie va automatiquement augmenter ton sentiment de compétence personnelle et ton estime de soi. L'estime, c'est le sentiment que tu as ce qu'il faut pour réussir dans la vie, que tu seras capable, avec tes ressources personnelles, de faire face aux défis que la vie va t'amener. Et comme le disent si bien les experts dans ce domaine, une bonne estime de soi, c'est un passeport pour la vie.

Réussir un examen ou une année scolaire n'a peut-être pas beaucoup de sens pour toi dans l'immédiat. Pourtant, chaque année scolaire que tu rates c'est une année de plus qui t'éloigne du métier que veux faire. Tu ne sais pas ce que tu veux faire? Si tu travailles un peu plus fort à l'école, tu le sauras bien assez tôt: le métier qui est fait pour toi se révèlera plus facilement. Pense à ce que tu veux faire plus tard, dans quel genre de maison tu veux vivre, quels pays tu veux visiter, et comment tu aimerais passer tes journées dans ton travail: donne-toi un rêve! Et commence à faire ce qu'il faut pour le réaliser.

Et si étudier t'amenait plus de liberté?

Souvent les parents sont derrière ton épaule pour vérifier ce que tu fais: as-tu des devoirs? As-tu fait ton étude? Es-tu à temps dans tes travaux? Une bonne manière de faire cesser ce harcèlement «pour ton bien», c'est effectivement de mettre ton nez dans tes livres le soir. Imagine le pouvoir que tu auras quand viendra le temps de négocier une augmentation de ta prime d'argent de poche ou une permission de sortir. Souvent, avec les parents, c'est donnant-donnant: à toi de contribuer pour ta partie!

Certains n'aiment pas beaucoup l'école: peut-être fais-tu partie de ceux-là. Peut-être est-il difficile pour toi de te motiver à te présenter chaque matin à l'école; j'imagine maintenant ce que c'est que de faire son étude et ses devoirs après le souper. Idéalement, ce que tu souhaites, c'est te débarrasser de l'école le plus vite possible! Oui, mais comment faire? Il n'y a pas vraiment d'autre façon que de réussir. Et pour réussir, il faut étudier. Chaque cours, chaque examen et chaque année scolaire que tu réussis, dis-toi que c'est un bon pas vers ta sortie de l'école.

Et si étudier te donnait un meilleur pays?

Des gens qui ne sont pas contents de leur vie se plaignent souvent des politiciens et des gouvernements, comme si ces gens-là pouvaient être entièrement responsables de tous nos problèmes du quotidien. En étudiant, tu n'ouvres pas seulement des portes pour toi-même, et pour le confort d'un bon salaire; tu le fais aussi pour la société.

Savoir qu'on participe à quelque chose, que les gens reconnaissent nos talents, qu'on fait quelque chose d'utile pour les autres, c'est ça le bonheur, c'est ça qui donne un sens à la vie. Aussi, plus on s'applique à l'école, plus notre langue s'améliore. Dans leur grande majorité, les Québécois ne parlent que le français. Mais ils le parlent souvent très mal. La langue, ce n'est pas une guenille, c'est notre identité. Il faut apprendre à la respecter un peu plus, et pour cela il faut s'appliquer à la comprendre.

Et si étudier te donnait le goût d'étudier?

On compare souvent le cerveau à un muscle: plus il travaille, plus il est efficace. D'un autre côté, plus il «végète», moins il performe. Et si, en te donnant un élan vers l'avant, tu constatais que tu as plus de talent que tu ne le croyais? Peut-être que cela pourrait t'amener à étudier plus longtemps. Et qui dit plus d'études complétées dit habituellement de meilleurs salaires, de meilleures conditions de travail et plus d'autonomie professionnelle.

Vas-y étape par étape. Tu viens de rater ton secondaire 2 et il te reste au moins 8 ans d'études devant toi avant d'arriver à ton métier, c'est plutôt décourageant. C'est comme se trouver devant le mont Everest le matin et devoir arriver au sommet avant la fin de la journée: mission impossible. Par contre, si tu considères l'école comme de l'escalade, ce qui compte, c'est toujours le prochain point d'ancrage, la prochaine étape à atteindre. En te fixant des objectifs à court terme pour tes études (le prochain test, la mi-étape, le prochain bulletin), tu as plus de chance d'atteindre tes objectifs sans te décourager.

Étude = estime de soi = diplôme = travail = salaire = satisfaction

Sources

Lapointe, E. Réussir, ça s’apprend. Trucs et conseils d’un étudiant qui réussit, Éditions Septembre, 2006, 96 p.

 

Allô prof

 

Commentaires

Partage X
13 ans et plus

Étudier, on peut y prendre goût!

Se connecter

S'inscrire