0-5 ans

Opposition et crises: un point de vue différent

Opposition et crises: un point de vue différent

Istockphoto.com Photographe : Istockphoto.com Auteur : Coup de Pouce

0-5 ans

Opposition et crises: un point de vue différent

Chaque visite à l’épicerie est synonyme de crise? Notre petit dernier fait toujours le contraire de ce qu’on dit? Et si on abordait autrement les réactions d’opposition de nos enfants?

Il se roule par terre au supermarché? Elle persiste à lancer sa nourriture sur le plancher malgré nos «non» répétés? Notre petit ange cornu essaie-t-il de nous manipuler ou de nous tourner en bourrique? Non, répond la psychologue française Isabelle Filliozat. Sa conviction: les comportements des enfants, même extrêmes, sont d'abord au service de leur croissance.

«Nombre de réactions incompréhensibles de nos enfants sont en fait liées à des malentendus, écrit-elle dans J'ai tout essayé! (JC Lattès, 2011, 176 p., 29,95$). Comme son cerveau est en développement, l'enfant ne voit pas, ne comprend pas les choses tout à fait comme nous.» S'appuyant sur les découvertes en neurosciences et en psychologie expérimentale, elle nous invite à voir certaines situations courantes d'un autre oeil.

  • Il fait une crise. C'est la façon qu'a trouvée son système nerveux pour évacuer les tensions accumulées. On lui demande de se calmer? Cette crise est sa manière d'y parvenir! Mieux vaut le contenir tendrement et solidement. Ce geste déclenchera une sécrétion d'ocytocine, une hormone qui l'aidera à se calmer. Astuce: dans un environnement nouveau ou riche en sollicitations, au supermarché par exemple, on donne à l'enfant de petites tâches. Choisir les oranges ou mettre les aliments dans le panier l'aidera à focaliser son attention. Cette stratégie est aussi efficace lorsqu'il ne tient pas en place. Il faut occuper son cerveau, car l'enfant de moins de 6 ans n'a pas les capacités neuronales pour rester tranquille dans une file d'attente ou au restaurant.

  • Elle fait ce qu'on lui interdit. On lui dit de ne pas ouvrir le tiroir, mais elle recommence, en nous regardant droit dans les yeux, en plus! L'explication: son cerveau a de la difficulté à traiter la négation. «N'ouvre pas le tiroir» est compris comme «Ouvre le tiroir». On lui dit plutôt (et on lui montre) ce qu'elle doit faire, c'est-à-dire laisser le tiroir fermé. 

 

À DÉCOUVRIR: Notre Dossier spécial sur la discipline

Commentaires

Partage X
0-5 ans

Opposition et crises: un point de vue différent

Se connecter

S'inscrire