0-5 ans

Le point sur la rougeole

Le point sur la rougeole

Getty Images/Kidstock Photographe : Getty Images/Kidstock Auteur : Coup de Pouce

0-5 ans

Le point sur la rougeole

La rougeole inquiète, cet hiver au Québec. Voici ce qu’il faut savoir sur cette maladie grave.

On la croyait presque disparue au Québec, mais cet hiver, la rougeole est réapparue dans la région de Lanaudière. Lors de la précédente éclosion en 2011, 776 personnes avaient contracté la maladie. Même si c'est bien loin des 10 000 cas de l'épidémie de 1989, faut-il craindre un retour en force de la rougeole?

Gaston De Serres, médecin épidémiologiste à l'Institut national de santé publique du Québec, assure que non. «Avec un taux de vaccination de 97,8% parmi les jeunes d'âge scolaire, il n'y aura pas de grande épidémie. Toutefois, quand la rougeole arrive dans un milieu, les personnes non immunisées courent un grand risque de l'attraper.» Dans l'école où l'éclosion de 2011 avait commencé, 82% des élèves non vaccinés ont eu la maladie.

La rougeole est en effet extrêmement contagieuse puisqu'elle se transmet par voie aérienne et que son virus peut survivre quelques heures dans l'air. Pour être infecté, il suffit donc de se trouver dans le même espace qu'une personne contagieuse.

C'est pourquoi les autorités en santé publique ont décrété que les enfants non vaccinés et dont les parents refusent qu'ils le soient devront dorénavant rester à la maison dès qu'un premier cas survient dans leur école. Ils pourront revenir 14 jours après la détection du dernier cas.

Attention danger

La rougeole est une maladie grave. En plus des symptômes habituels (forte fièvre, écoulement nasal, toux, rougeurs sur le corps, douleurs aux yeux et larmoiements), elle peut entraîner diverses complications: otite (5 à 9% des cas), pneumonie (1 à 5% des cas) et encéphalite (0,1% ou 1 cas sur 1 000). L'encéphalite est une inflammation du cerveau susceptible de causer des séquelles, dont un retard mental. Dans environ 1 cas sur 3 000, la rougeole entraîne la mort.

Les bébés sont plus vulnérables aux complications. Or, ils sont aussi plus à risque de contracter la maladie entre 9 et 11 mois, alors qu'ils ne sont plus protégés par les anticorps de leur mère et qu'ils n'ont pas encore été vaccinés.

La vérité sur la vaccination

Avec une efficacité de 95% lorsque les deux doses requises sont administrées (gratuitement à 12 et 18 mois), le vaccin contre la rougeole demeure le meilleur moyen de se protéger contre la maladie. Et il n'y a aucun lien entre ce vaccin et l'autisme, contrairement à ce qu'avait laissé faussement croire une étude britannique publiée en 1998.

Chez la plupart des enfants, le vaccin ne provoque aucune réaction, mais certains ont un peu de fièvre et une éruption cutanée non contagieuse. Il y a toutefois un risque rarissime de développer une encéphalite: un cas par million. «Avec la rougeole, ce risque est 1 000 fois plus important», souligne le Dr De Serres, qui exhorte les parents à faire vacciner leurs enfants.

«Les enfants non vaccinés sont souvent protégés par l'immunisation des autres, dit-il. Mais ça ne durera pas toujours. Dès qu'un cas survient dans leur communauté, ils sont à risque. Même chose s'ils voyagent, maintenant ou une fois adultes, dans des pays où le taux de vaccination est moindre.»

À lire: Le vaccin contre le VPH est-il vraiment utile?

Commentaires

Partage X
0-5 ans

Le point sur la rougeole

Se connecter

S'inscrire