0-5 ans

Introduction des aliments: fini les purées?

Introduction des aliments: fini les purées?

Shutterstock Photographe : Shutterstock Auteur : Coup de Pouce

0-5 ans

Introduction des aliments: fini les purées?

Les purées ne sont plus une étape obligatoire à l’introduction des solides. On découvre cette approche de plus en plus populaire: l’alimentation autonome du bébé (Baby Led Weaning).

L'alimentation autonome du bébé ou, comme on l'appelle en anglais, le Baby Led Weaning (BLW), consiste à introduire les solides avec des aliments entiers au lieu des traditionnelles purées. «Les parents offrent des morceaux que le bébé porte lui-même à la bouche. Il apprend donc à se nourrir par lui-même», explique Jessica Coll, une nutritionniste et consultante en lactation qui offre des ateliers de BLW.

«L'alimentation autonome du bébé est une approche cohérente avec les dernières recommandations en matière d'introduction des solides de Santé Canada», affirme Marie-Jean Cournoyer, nutritionniste à l'hôpital Sainte-Justine. En effet, on peut y lire qu'«À partir de 6 mois, (...) Il est important que les parents et les dispensateurs de soins donnent une variété de textures douces (telles que des aliments grumeleux, cuits jusqu'à tendreté et finement hachés, en purée, écrasés ou broyés) et d'aliments à manger avec les doigts à partir de l'âge de 6 mois.»

À quel âge?
L'introduction des solides est recommandée autour de 6 mois. Comme chaque bébé est différent, voici les signes qu'il faut observer pour s'assurer qu'il est prêt:

  • il se tient assis droit dans sa chaise haute;
  • il porte les mains à la bouche;
  • il montre un intérêt pour la nourriture.

À lire aussi: À quel âge les aliments solides?

Comment?
Auparavant, l'ordre d'introduction des aliments était bien précis, mais désormais Santé Canada ne donne plus de directives à ce sujet. Marie-Jean Cournoyer admet que ce manque de cadre peut déstabiliser certains parents. Cependant, elle y voit surtout l'occasion d'adopter une approche personnalisée qui favorise la compétence parentale et l'autonomie du bébé.

Jessica Coll suggère de commencer par des aliments très nutritifs, notamment riches en fer. En effet, après 6 mois, les réserves de fer du bébé, acquises durant la grossesse, sont épuisées et le lait maternel (ou la préparation) ne suffit pas pour les remplacer. Avec l'introduction traditionnelle des solides, on donnait des céréales pour bébé enrichies, mais avec l'alimentation autonome, on peut donner du poisson et de la viande bien cuite et coupée en lanière. On peut aussi offrir au bébé des légumineuses, comme du houmous sur un bâtonnet de concombre ou du tofu ferme. On peut également ajouter des céréales enrichies dans des recettes de biscuits ou de muffins.

Quoi donner et sous quelle forme?
«Quand on commence, la motricité fine du bébé est limitée (il peut seulement ouvrir et fermer le poing), on lui donne donc des gros morceaux qu'il peut attraper facilement», explique Jessica Coll. Elle conseille aussi de laisser la pelure de certains fruits et légumes pour qu'il puisse avoir une bonne prise.

Exemple de premiers aliments appréciés

  • Fruits: banane (avec une partie de la pelure ou divisé en 3 sur la longueur), avocat, poire, pêche, cantaloup, prune, mangue.
  • Légumes cuits à la vapeur: carotte, patate douce, brocoli, courgette, chou-fleur, asperge, poivron grillé.

Puis vers 10 ou 11 mois, on peut introduire de plus petits morceaux, que le bébé pourra porter à sa bouche avec ses doigts ou même avec une cuillère, si on lui en laisse l'initiative. Ça aura également pour effet positif de développer sa motricité fine.

À lire aussi: Allergies alimentaires: nouvelles recommandations sur l'introduction des aliments

Mange-t-il assez?
En laissant le contrôle au bébé (et en regardant la nourriture tombée sous la table), certains parents peuvent craindre qu'il ne mange pas assez. Marie-Jean Cournoyer se fait rassurante: «Les premiers mois d'introduction, l'apport principal du bébé reste le lait. Si sa croissance est normale, il n'y a pas lieu de s'inquiéter.»

L'alimentation autonome permet à l'enfant d'apprendre à reconnaître les signaux de satiété. Comme n'importe quel apprentissage, ça nécessite de la pratique. «L'appétit varie beaucoup, mais il ne faut surtout rien forcer, ça pourrait créer de la tension», prévient Jessica Coll.

Avantages

  • C'est facile. L'alimentation autonome de l'enfant implique peu de préparation: plus de purée à préparer, congeler, décongeler et réchauffer.
  • C'est ludique. L'expérience est plus agréable pour le bébé: il découvre différentes textures et odeurs.
  • C'est éducatif. Le bébé participe à son apprentissage.

Inconvénients

  • Ça entraîne plus de nettoyage.
  • On a souvent à se justifier auprès de l'entourage qui ne connaît pas la méthode.
  • Le repas est souvent plus long.

Précautions
Pour éviter les étouffements, il faut respecter certaines règles:

  • Éviter tout aliment qui pourrait coller au palais ou bloquer les voies aériennes de l'enfant: rondelle de carotte crue, mie de pain frais, feuilles de laitue ou d'épinard cru, gros morceaux d'herbes fraîches, noix ou graines, raisins secs, quartiers de pomme crue, couche épaisse de beurre d'arachide.
  • Laisser le bébé mettre lui-même les aliments à sa bouche. Si c'est le parent qui le fait, l'aliment peut se loger plus loin.
  • Jessica Coll recommande aux parents de suivre un atelier avant de commencer, afin d'être bien informés.
  • La nutritionniste ne recommande également pas de combiner cette méthode avec les purées, du moins pendant les premières semaines. Ça pourrait créer de la confusion pour le bébé et augmenter les risques d'étouffement. Mais une fois que l'apprentissage de la mastication est bien entamé, on peut introduire les potages, yogourts et compotes.

À noter que les haut-le-cœur (ou GAG reflex) sont normaux et font partie de l'apprentissage. C'est un réflexe naturel qui aide les bébés à ne pas s'étouffer. Il n'est pas nécessaire d'intervenir.

 

Commentaires

Partage X
0-5 ans

Introduction des aliments: fini les purées?

Se connecter

S'inscrire