0-5 ans

Attention aux médicaments contre le rhume pour les tout-petits!

iStockphoto Auteur : Coup de Pouce Crédits : iStockphoto

0-5 ans

Attention aux médicaments contre le rhume pour les tout-petits!

Les médicaments contre la toux et le rhume en vente libre dans les pharmacies ne devraient pas être donnés à des enfants âgés de moins de 6 ans.

Les sirops antitussifs et les décongestionnants sont inefficaces et ils comportent des risques inutiles et potentiellement dangereux pour la santé des enfants, selon Santé Canada. Depuis l'automne 2009, les fabricants de produits contre la toux et le rhume doivent indiquer que l'étiquette que leur médicament n'est pas recommandé aux enfants de moins de 6 ans. Ces derniers sont trois fois plus de risques de subir des effets secondaires que les enfants âgés entre 6 et 12 ans.

Les recommandations de Santé Canada s'appuient sur une analyse de sirops antitussifs et de décongestionnants par l'agence et à la publication, dans le New England Journal of Medicine, de recherches qui révélaient, notamment, que 1500 bébés de moins de 2 ans avaient été hospitalisés après avoir consommé des médicaments antitussifs.

Les experts soulignent que rien n'a prouvé l'efficacité de ces médicaments chez les tout-petits, mais quelques cas mettent en évidence des dangers réels. Du point de vue des pédiatres et des pharmaciens, ceci n'est pas une révélation, il s'agit simplement d'un rappel de ce qu'ils ont toujours recommandé aux familles.

La toux, un signal d'alarme

D'abord, à quoi sert la toux? En présence de rhume ou de grippe, la toux devient un mécanisme réflexe de défense de l'organisme: il faut chasser les sécrétions qui bloquent les bronches. Autrement, elles y resteraient, et s'ensuivrait une congestion conduisant à des pertes de volume pulmonaire ou atélectasies, ainsi qu'à des pneumonies.

La toux est aussi le signal d'alarme de plusieurs autres maladies ou conditions plus graves: asthme non contrôlé, infection respiratoire comme la bronchite ou la sinusite, insuffisance cardiaque et même le cancer. La toux - incroyable! - peut aussi être l'effet indésirable d'une classe de médicaments contre l'hypertension! La toux n'est donc pas un symptôme banal. Vouloir la cacher à tout prix, ce serait comme retirer les piles d'un détecteur de fumée.

Comment fonctionnent les antitussifs?

Les antitussifs ont une action ou bien locale (en anesthésiant les bronches irritées) ou bien centrale, au niveau du cerveau (en inhibant les neurones de la medula oblongata, à l'arrière du bulbe, considérée comme le centre de la toux).

Efficaces, les antitussifs?

On a toujours hésité à prescrire un antitussif aux enfants de deux ans et moins. L'American Academy of Pediatrics (AAP) rappelle qu'il n'y a pas de données démontrant l'efficacité de la codéine et du dextrométorphane (DM), les deux molécules utilisées dans les antitussifs, pour le traitement de la toux chez les jeunes enfants. Contrairement à ce que prétendent certaines publicités, les spécialistes de l'enfance nord-américains, dont les pédiatres, n'en prescrivent pas et ne recommandent pas d'en prescrire.

Risqués, les antitussifs? 

En 2005, trois enfants âgés de six mois et moins sont morts après avoir consommé des produits contre la toux et le rhume. On a toujours extrapolé les doses de ces médicaments chez les nourrissons à partir des doses recommandées et étudiées chez l'adulte. Or, il n'est pas certain que le bébé malade réagisse de la même façon que l'adulte lorsqu'il présente une toux. Dans le cas présent, ajuster la dose au poids du bébé n'empêcherait donc pas les effets indésirables.

Les liaisons dangereuses

Les enfants qui sont morts de leur sirop contre la toux avaient été exposés à des associations de médicaments incluant un décongestionnant (la pseudo éphédrine) avec certains autres médicaments (comme le dextrométorphane, l'acétaminophène ou un antihistaminique). Les fabricants font souvent la promotion de produits «tout-en-un». Un peu de tout pour tous les symptômes... Cette pratique est inefficace et dangereuse. Elle expose à des effets indésirables. Imaginez que votre enfant a un rhume et qu'il tousse: vous lui administrez un produit  «tout-en-un», qui contient:

  • un antitussif dont on n'a jamais démontré l'efficacité chez le nourrisson;
  • un ingrédient contre la congestion nasale (qu'il n'a peut-être pas et qui peut affecter le rythme du coeur);
  • un ingrédient contre la fièvre (qu'il ne présente pas nécessairement);
  • un ingrédient contre les allergies (qui est sans effet sur les symptômes du rhume et de la grippe, qui endort et assèche la bouche);
  • et souvent un peu de vitamine C (pourquoi pas? mais aussi pourquoi en donner?).

Des formulations trompeuses

Dans certains cas, les parents des enfants décédés - qui ont fait la manchette - avaient aussi ajouté des produits en vente libre à ceux prescrits par le médecin, ce qui a causé une intoxication. Même si les médicaments sont disponibles en vente libre, ils peuvent causer des effets indésirables graves. Leur composition est parfois difficile à identifier: l'étiquette est petite pour une liste d'épicerie aussi complexe!    

Des formulations telles que «breuvages chauds et réconfortants» ou «tisanes », des «saveurs de pomme et cannelle», de «bouillons de poulet» laissent croire que ces médicaments ne sont que des boissons chaudes. En fait, il est étonnant de constater que ces formes apparemment légères sont souvent celles qui contiennent les doses les plus élevées de médicaments. Sachez que les extensions de ligne ou le développement de produits dérivés sont une stratégie commerciale qui consiste à reprendre un nom d'un produit connu et bon vendeur et de lui ajouter différents autres ingrédients pour profiter de la reconnaissance de la marque de commerce. Cette stratégie de marketing expose les personnes à consommer des médicaments qu'elles ne soupçonnent même pas être présents dans le flacon.

Cocktail médicamenteux

La plupart des associations de médicaments contiennent des doses trop faibles de certains ingrédients ou trop fortes de certains autres. Conséquence: pour obtenir la dose efficace, il faut doubler la dose pour un ingrédient et... s'exposer au double de la dose recommandée pour tous les autres ingrédients du «cocktail médicamenteux». Par exemple, les sirops en vente libre au Canada qui contiennent de la codéine ne sont pas efficaces aux doses recommandées et contiennent toujours au moins deux autres ingrédients avec des effets indésirables possibles. La codéine peut causer une dépendance, une dépression respiratoire et de la constipation. Ainsi, elle doit toujours être évitée en vente libre.

 

Sources

Santé Canada, Recommandations pour l'usage approprié des produits contre la toux et le rhume chez les enfants, 11 octobre 2007.

Anonyme, Infants Deaths Associated with Cough and Cold Medications, Two States, 2005. CDC-MMWR Weekly 2007; 56 (1):1-4 (12 janvier).

KELLY ORR, K, MATSON, K.L,, COWLES, B.J., «Nonprescription Medication Use by Infants and Children: Product Labeling Versus Evidence-Based Medicine». Journal of Pharmacy Practice, 2006, 19; 5:286-94.

Pharmacologic Treatment of Cough in Adults: Evidence-Based Guidelines Pharmacist's Letter3Prescriber's Letter, 22 octobre 2006: numéro 221006.

BHATT-MEHTA, V., «Over-the-counter Cough and Cold Medicines: Should Parents be Using Them for Their Children?» The Annals of Pharmacotherapy, 2004; 38: 1964-6.

HARRIS, G., «Use of codeine and dextrometorphan-containing cough remedies in children.» American Academy of Pediatrics Committee on Drugs. Pediatrics 1997;99 :918-20.

F.D.A. «Panel Urges Ban on Medicine for Child Colds» dans The New York Times (version en ligne), 20 octobre, 2007.

 

La version originale de cet article a été publiée sur le Servicevie.

Commentaires
Partage X
0-5 ans

Attention aux médicaments contre le rhume pour les tout-petits!

Se connecter

S'inscrire