0-5 ans

Apprentissage des émotions : 6 stratégies pour aider votre enfant

Apprentissage des émotions : 6 stratégies pour aider votre enfant

istockphoto.com Photographe : istockphoto.com Auteur : Coup de Pouce

0-5 ans

Apprentissage des émotions : 6 stratégies pour aider votre enfant

Joie, tristesse, colère, jalousie… En quelques années, votre enfant devra apprendre à composer avec toutes sortes d’émotions. Voici des stratégies pour l’accompagner dans son apprentissage.

Mettre des mots sur les émotions. Nommez vos émotions et celles que vous observez chez votre enfant: «Je suis triste parce que grand-papa est malade», «Je vois que tu es en colère parce que ton frère refuse de te prêter son camion», etc. C'est bénéfique, car l'enfant apprend ainsi à verbaliser ce qu'il ressent. Et il n'est pas nécessaire d'attendre qu'il sache parler: vous pouvez commencer dès sa naissance. Il apprendra ainsi le vocabulaire des émotions en même temps que le langage!

Prendre ses émotions au sérieux. En disant à votre enfant que vous comprenez qu'il est triste, bouleversé, en colère ou jaloux, il se sentira compris et réconforté. Évidemment, si son comportement est inadéquat, il faut le lui dire.

L'aider à reconnaître les émotions. Savoir lire sur le visage facilite les relations sociales en permettant d'adapter son comportement à la situation. Par exemple, lorsque vous êtes fâché, demandez à votre enfant d'observer votre visage. Votre enfant reconnaîtra encore mieux les émotions si vous lui faites remarquer le langage corporel qui y est associé : sourcils froncés quand on est fâché, sourire quand on est content. La psychologue Nadia Gagnier suggère également de profiter des moments où vous faites la lecture à votre enfant pour le faire parler des émotions vécues par les personnages. «Demandez-lui comment se sent tel ou tel personnage, ce qu'il pourrait faire pour être moins triste, pour avoir moins peur, etc.» Vous pouvez aussi créer un album des émotions avec votre enfant en découpant des visages variés dans les magazines.

Trop tard? Votre enfant hurle, se roule par terre, tape du pied? «Quand votre enfant fait une grosse crise, attendez que la tempête passe, conseille Nadia Gagnier. Si vous tentez de le raisonner, vous nourrissez la crise.» Et si vous haussez le ton, il criera plus fort, sans compter que vous risquez aussi de l'effrayer. L'idéal est de rester à proximité, de garder votre calme et d'attendre qu'il soit moins énervé. Ensuite, vous pouvez le serrer contre vous et le faire parler de ce qui l'a mis en colère. Mieux vaut toutefois ne pas céder, sinon il comprendra que la colère est un moyen efficace d'obtenir ce qu'il veut.

Donner l'exemple. Vous êtes un modèle pour votre enfant. Si vous vous efforcez de canaliser vos émotions, il aura tendance à faire de même. En revanche, difficile d'exiger qu'il cesse de piquer des colères si vous vous emportez au moindre pépin... Quand la situation s'y prête, vous pourriez, par exemple, exprimer à voix haute ce que vous faites pour vous sentir mieux quand quelque chose vous dérange: «Je suis déçue que Martine ne vienne pas souper, mais je vais regarder un bon film à la place.»

L'aider à développer son empathie. L'empathie, cette capacité à percevoir les sentiments et les émotions d'une autre personne et à se mettre à sa place, se développe en général à partir de 4 ans. Avant cet âge, vous pouvez attirer son attention sur les réactions des autres à son comportement. Il réalisera que ses gestes peuvent avoir des conséquences sur eux et que ceux-ci peuvent éprouver d'autres besoins et d'autres envies que lui. Enfin, vous pouvez encourager votre enfant à faire plaisir à quelqu'un avec une petite attention (ex.: offrir un dessin à grand-papa et grand-maman, prêter un jouet à un ami...).

 

Commentaires

Partage X
0-5 ans

Apprentissage des émotions : 6 stratégies pour aider votre enfant

Se connecter

S'inscrire