Jardinage

Les rosiers modernes: parfaits pour les débutantes

jardipedia.com Photographe : jardipedia.com Auteur : Coup de Pouce

Jardinage

Les rosiers modernes: parfaits pour les débutantes

Dans les années 1950 et 1960, on cultivait la première génération de rosiers à floraison constante: les rosiers buissons (hybrides de thé et grandiflora) et les rosiers grimpants. De juin à septembre, ils produisaient des fleurs énormes dans une vaste gamme de couleurs. Mais, si les rosiers buissons fleurissaient plus longtemps que les rosiers anciens, ils étaient sujets aux maladies et peu rustiques. Ils nécessitaient énormément de soins et, malgré tout, rares étaient ceux qui survivaient plus de trois ou quatre ans. Voilà pourquoi les rosiers ont la réputation d'être difficiles. Aujourd'hui, des croisements permettent d'obtenir des plants à la fois résistants et florifères. On peut donc se permettre de rêver d'un superbe rosier qui ne demandera presque pas de soins.

Un nouveau genre de rosier

La plupart des rosiers rustiques et résistants aux maladies appartiennent à une nouvelle classe: le rosier arbustif moderne. Il combine la résistance et l'adaptabilité des rosiers arbustifs anciens et la floraison répétée des rosiers hybrides de thé, grandiflora et grimpants. Il en existe toute une variété, des petits buissons servant de couvre-sol aux arbustes aux longues tiges arquées qu'on peut faire grimper sur un treillis.

Les rosiers arbustifs modernes produisent généralement une plus grande quantité de tiges que les rosiers buissons, ce qui donne un port plus dense et plus attrayant, et une plus grande quantité de fleurs. Elles peuvent être grosses ou petites, simples, semi-doubles ou doubles, portées en bouquets denses ou réparties sur l'ensemble de l'arbuste. Elles reprennent toute la gamme de couleurs des rosiers buissons et sont souvent parfumées.

Autre nouveauté: les rosiers modernes sont rarement greffés, et c'est une bonne chose. Greffer un rosier attrayant sur un rosier porte-greffe réduit de beaucoup sa rusticité, car le point de greffe a tendance à s'ouvrir sous l'effet du gel, ce qui complique son entretien. Les rosiers modernes produits par bouturage peuvent être plantés comme n'importe quel autre arbuste.

Comment choisir un rosier

À l'achat d'un rosier, il faut toujours demander s'il a été greffé. Si oui, on passe à un autre. Cela vaut même pour les rosiers «sur tige» (taillés en forme de petits arbres), qui sont pourtant à rechercher puisqu'ils ne demandent aucun entretien spécial. On achète de préférence des rosiers cultivés en pot, même s'ils coûtent plus cher que les rosiers à racines nues. Leur taux de succès est nettement meilleur et ils peuvent être plantés n'importe quand durant la saison, alors que les rosiers à racines nues ne sont offerts que pendant une courte période, au printemps, et doivent être plantés aussitôt.

On choisit un plant bien ramifié, avec des branches équilibrées, disposées tout autour du plant. Selon la saison d'achat, il peut avoir des feuilles ou non. Dans le premier cas, on évite les plants peu feuillus ou aux feuilles jaunies ou brunies: ils ont peut-être subi de mauvais traitements. L'absence ou la présence de boutons floraux ou de fleurs n'est pas un facteur important. Évidemment, on choisit un rosier adapté à notre zone de rusticité.

La culture des rosiers modernes

Pour obtenir de bons résultats avec les rosiers arbustifs modernes, il faut leur offrir de bonnes conditions de culture. Heureusement, elles sont plus faciles à réunir que celles que requéraient les rosiers buissons.

Exposition: Plein soleil ou presque. Toutefois, un peu d'ombre durant les heures les plus chaudes de la journée ne nuit pas.

Sol: L'idéal est un sol riche et bien drainé. Contrairement à d'autres plantes, les rosiers aiment bien un sol argileux. Il n'est donc pas nécessaire, ni même souhaitable, d'amender les sols argileux avec de la matière organique lors de la plantation. Par contre, si le sol est mal drainé (si des flaques d'eau se forment après un bon arrosage), mieux vaut ajouter de la terre fraîche et créer une plate-bande surélevée.

Plantation: On creuse un trou deux fois plus large que la motte et dont la profondeur correspond à la hauteur de la motte. On enlève le pot et on centre la motte dans le trou: elle doit être à la même profondeur que dans le pot. On comble le trou de terre, on tasse et on arrose. L'espacement entre les plants varie selon la taille de la variété à maturité. On se fie à l'espacement recommandé sur l'étiquette.

Paillage: Après la plantation, on couvre le sol de 7 à 10 cm de paillis pour empêcher le développement des mauvaises herbes et maintenir l'humidité du sol. Autre avantage du paillis, le feuillage restera plus propre et sera moins sujet aux maladies.

Arrosage: La première année, il faut arroser soigneusement nos rosiers dès que le sol commence à s'assécher. Une fois bien établis, ils n'auront besoin d'arrosage qu'en période de grande sécheresse.

Fertilisation: En général, les rosiers modernes sont moins gourmands que les rosiers hybrides de thé et grandiflora. Une poignée de compost par plant au printemps suffit. Ou alors, on applique un engrais biologique tout usage selon les recommandations du fabricant. Il n'est pas nécessaire d'acheter un engrais «pour rosiers».

Taille: Sans doute la plus grande différence entre l'entretien des rosiers arbustifs modernes et celui des rosiers buissons, qui devaient être taillés après chaque floraison: on ne taille les rosiers modernes qu'au printemps. On supprime les branches mortes (brunes ou noires plutôt que vertes) ainsi que les branches faibles ou cassées. Les branches plus vieilles (de quatre ou cinq ans) peuvent commencer à moins fleurir. On peut alors les rabattre à 5 cm du sol pour laisser la place aux jeunes rameaux, plus vigoureux. Comme les meilleurs rosiers arbustifs modernes refleurissent abondamment, qu'on supprime ou non leurs fleurs fanées, on suggère de ne pas les supprimer: les fleurs laissées intactes donneront de beaux fruits colorés à l'automne.

Protection hivernale: Elle n'est pas nécessaire si on a choisi nos rosiers selon notre zone de rusticité. Par contre, il peut être utile de les emballer de jute ou de géotextile pour le premier hiver si leur emplacement est très venteux.

Insectes et maladies: La plupart des rosiers arbustifs modernes sont très résistants aux maladies et aux insectes: ils présentent rarement des problèmes qui nécessitent des traitements. Il suffit de chasser les insectes avec un jet d'eau. Bon à savoir: les rosiers à feuillage luisant sont les plus résistants aux maladies.

Culture des rosiers arbustifs grimpants: Ce ne sont pas de véritables grimpants, mais plutôt des rosiers arbustifs à longues tiges arquées. Contrairement aux anciens rosiers grimpants, qui étaient très sensibles au froid, il n'est pas nécessaire de les détacher l'hiver et de les coucher dans une tranchée. On les laisse debout et on les taille au printemps. Pour les aider à grimper, on les fixe à une tonnelle ou à un treillis avec des attaches au fur et à mesure de leur croissance.

À LIRE
Rosiers rustiques, par Bertrand Dumont, Bertrand Dumont éditeur, 2006, 288 p., 33,95 $.

Commentaires
Partage X
Jardinage

Les rosiers modernes: parfaits pour les débutantes

Se connecter

S'inscrire