Jardinage
21 avr. 2008

Composter: simple et écolo

Par Danielle Arsenault

Auteur : Coup de Pouce

Jardinage
21 avr. 2008

Composter: simple et écolo

Par Danielle Arsenault
Cet article fait aussi partie des dossiers :

Le compostage, c'est quoi?

La nature n'a pas besoin de «collecte verte» pour se débarrasser de ses matières mortes. Lorsque les végétaux meurent, ils se décomposent et deviennent de l'engrais riche pour le sol afin que d'autres végétaux puissent croître à leur tour. Comment? Grâce à des milliards de micro-organismes (bactéries et champignons) qui mâchent les détritus de Dame Nature!

Le compostage consiste à accélérer ce processus naturel de décomposition de la matière organique. Lorsqu'on «composte» nos déchets de table et de jardin, ils se transforment en compost, un terreau dont les bienfaits sont nombreux pour les plantes et le sol. Composter, c'est donc une façon toute naturelle de recycler les matières organiques. On peut le faire sur une base individuelle ou collective.

Selon les experts, les avantages à composter sont multiples. «Cela permet de diminuer de 30 à 40 % les matières envoyées aux ordures, ce qui très avantageux pour les villes, réduisant ainsi les quantités d'ordures à incinérer. Aussi, le compost permet d'enrichir la terre et est un excellent fertilisant, par exemple, pour les plates-bandes, la pelouse, les arbres, les arbustes et le potager. Ce compost est un produit de meilleure qualité que les engrais commerciaux», explique Hélène Corriveau, agronome au Jardin botanique Roger-Van den Hende de l'Université Laval à Québec.

Le compostage peut également réduire la pollution. «Les matières végétales qui se retrouvent dans les sites d'enfouissement produisent des biogaz qui, à l'air libre, sont 20 fois plus nocifs que les gaz à effet de serre. Elles peuvent également contaminer les nappes phréatiques si les sites d'enfouissement ne sont pas étanches», ajoute Alain Benoit, chargé de projet pour le compostage collectif chez Pro-Vert Sud-Ouest.

Composter seul ou en groupe?

Avant d'aller de l'avant, il faut d'abord s'informer, auprès de sa municipalité, des règlements relatifs au compostage. Certaines villes offrent des collectes vertes qui permettent à leurs citoyens de recycler certaines matières organiques de leur jardin.De plus en plus de municipalités québécoises proposent des programmes de soutien pour les résidents désireux de s'initier au compostage domestique. Par exemple, la ville de Québec permet à ses citoyens d'obtenir un remboursement de 50 % des frais d'achat d'un composteur résidentiel. Elle offre aussi des séances de formation gratuites ainsi qu'une ligne téléphonique, Info-Compost.

À Montréal, l'Éco-quartier Saint-Paul/Émard vend des composteurs à coût réduit grâce à des subventions de la Ville. De plus, cet organisme gère six sites de compostage collectif où les résidants inscrits peuvent tout simplement apporter leurs matières organiques et c'est l'éco-quartier qui s'occupe de les composter.Comment composter?

L'accumulation des matières organiques dans le composteur peut se faire de différentes façons. On choisit sa méthode en fonction de la disponibilité des matières à composter.

La méthode d'accumulation graduelle: cette technique permet de composter facilement les matières organiques au fur et à mesure qu'elles sont disponibles. On arrête lorsque le composteur est plein. Elle se pratique généralement du printemps à l'automne. Le compost est prêt au bout de un à trois ans.

La méthode en une opération: cette technique consiste à remplir complètement le composteur de matières organiques en une seule opération. Généralement utilisée à l'ouverture ou à la fermeture du jardin, cette méthode nécessite qu'on accumule les résidus de cuisine dans des sceaux de plastiques fermés placés à l'extérieur de la maison. Toutefois, l'obtention du compost est plus rapide, il est prêt au bout de trois à huit mois.

Les 4 règles de base

Pour réussir son compost et éviter certains petits inconvénients, on doit respecter les règles de base suivantes:

1. Les matières organiques doivent être ajoutées en respectant le ratio 1/3 de matières vertes pour 2/3 de matières brunes. Dans le cas du vermicompostage, le ratio à respecter est de un pour un. Si on met trop de matières vertes, on se retrouvera avec des odeurs désagréables émanant du composteur.

2. Pour accélérer le processus de compostage, les matières organiques doivent être coupées ou émiettées en petits morceaux avant d'être placées dans le composteur.

3. On doit s'assurer que les matières organiques placées dans le composteur sont toujours humides. Si elles manquent d'eau, le processus de compostage sera plus long.

4. À l'aide d'une pelle ou d'une fourche, on doit brasser régulièrement le tas de résidus organiques afin de l'oxygéner. Cela évite aussi les odeurs désagréables.Comment savoir si le compost est prêt?

Le compost est prêt à être utilisé lorsqu'il a l'apparence du terreau et qu'il dégage une odeur de sous-bois. De couleur brun foncé, on ne reconnaît plus les matières organiques avec lesquelles il a été confectionné et il est dépourvu de vers.

Nos bonnes adresses:

Conseil canadien du compostage

Recyc-Québec

Le Jardin botanique Roger Van Den Hende
(section infos horticoles)

Pro-Vert Sud-Ouest
Partage X
Jardinage

Composter: simple et écolo