Jardinage

Comment rempoter une plante de façon efficace

Comment rempoter une plante de façon efficace

  Photographe : Stocksy

Jardinage

Comment rempoter une plante de façon efficace

Pour favoriser la croissance de nos plantes d’intérieur, il est nécessaire de les rempoter. Comment déterminer le moment approprié et comment faire le bon choix parmi tous ces jolis pots sur les étals? Petit guide pour prendre les bonnes décisions.

Après quelques mois, voire quelques années, les racines de nos plantes finissent par envahir tout l’espace disponible. Le rempotage lui en redonne, tout en renouvelant la matière organique nécessaire à sa survie. Il y a différentes façons de déterminer si le moment est venu de la transplanter.

 

On rempote...

  • Les petites plantes chaque année et les plus matures aux deux à quatre ans.
  • Si l’on doit arroser une plante plus souvent qu’à l’habitude.
  • Si l’on aperçoit les racines sortir du pot. 
  • Si la plante a tendance à tomber sur le côté.

 

Opter pour le bon format

Pour déterminer la bonne dimension, on tient compte à la fois de la taille de notre plante et de celle du pot d’origine. Ainsi, pour la hauteur, on choisit un format qui correspond à peu près au quart de la hauteur totale (racines et partie aérienne) de la plante. Quant à la largeur, deux règles s’appliquent: pour un pot d’origine de moins de 30 cm, on choisit un pot de 2 à 4 cm de diamètre plus grand, alors que s’il est de 30 cm et plus, le nouveau pot devra être de 5 à 10 cm de plus.

 

Rempoter en 3 étapes

1. Quelques heures avant de procéder au rempotage, on arrose notre plante. Dans un grand contenant, on humidifie aussi la quantité de terreau d’empotage nécessaire au transfert (3 parties de terreau pour 1 partie d’eau).

2. On dépote délicatement la plante. Si des racines sortent des trous de drainage, on les coupe au sécateur. Puis, en tenant d’une main la base de la plante, on tape sur le fond du pot avec la paume de l’autre main pour la déloger. Surtout, on ne casse pas la motte. On supprime le surplus du terreau d’origine ainsi que les racines mortes ou abîmées, et l’on coupe 2 à 4 cm de celles enroulées à la base de la motte avec un bon couteau.

3. Pour empêcher le fuite du terreau par les trous de drainage, on utilise un filtre à café, un essuie-tout ou une pièce de géotextile. On dépose une couche de terreau humide au fond du pot pour hausser la plante au niveau voulu, en s’assurant qu’il reste 3 cm de libres entre le dessus de la motte et le bord supérieur du pot, à la fin du transfert.

On installe la plante bien droite au centre du pot en ajoutant graduellement du terreau tout autour et en tassant légèrement la terre jusqu’à ce qu’on atteigne le niveau du collet de la plante. On tasse encore sans écraser, et l’on arrose lentement, mais généreusement, pour éliminer les poches d’air et s’assurer que les racines sont bien en contact avec le terreau. Si la terre se tasse, on en ajoute encore un peu en surface.

 

À quoi sert le trou de drainage?

Le trou situé au fond du pot est essentiel, car il sert à évacuer le surplus d’eau d’arrosage. Si les racines des plantes d’intérieur restent immergées, elles risquent de pourrir. Après l’arrosage, on vide l’excédent d’eau qui s’est accumulé dans l’assiette ou le cache-pot.

 

QUEL TYPE DE POT CHOISIR?

Terre cuite, céramique

Poreux et perméable à l’eau et à l’air, c’est le matériau idéal pour nos plantes, car les racines pourront se développer dans un environnement drainé et aéré. Comme elle est fragile, on manipule la terre cuite avec soin et l’on porte une attention particulière aux arrosages, puisque l’eau s’y évapore trois fois plus rapidement qu’avec le plastique. Enfin, notons qu’une fois vernissée, elle perd en porosité.

Plastique

Hermétique et imperméable, il est abordable, léger, coloré... et le choix est infini! Le plastique est également facile à nettoyer. Par contre, son imperméabilité ne permet pas à la plante de respirer. Sa légèreté rend la plante moins stable pour les végétaux plus imposants et sa couleur ternit avec le temps.

Pierre, béton, imitation de pierre

Très esthétique et souvent utilisé comme cache-pot, ce type de pot est idéal pour garantir, par son poids, la stabilité des grosses plantes. Par contre, il est parfois si lourd qu’il devient difficile à déplacer. De plus, selon sa composition, il peut se décolorer au soleil.

Aluminium, cuivre, zinc

Ces métaux sont les plus couramment utilisés dans la fabrication de pots décoratifs. Élégants, ils ont cependant tendance à surchauffer au soleil ou à refroidir rapidement, exposant les plantes à des températures extrêmes.

Les pots à réservoir d’eau

Contrairement aux pots classiques où l’arrosage se fait par gravité, il se fait ici par capillarité, grâce à une réserve d’eau munie d’un mécanisme qui la fait graduellement remonter de la base vers les racines. Utiles si l’on a besoin de s’absenter, quelques jours ou quelques semaines, selon les modèles. Ils sont aussi parfaits pour les plantes qui aiment avoir un terreau humide en permanence.

Commentaires

Partage X
Jardinage

Comment rempoter une plante de façon efficace

Se connecter

S'inscrire