Vacances et voyage

Week-end de filles à Toronto

Week-end de filles à Toronto

IStock Photographe : IStock Auteur : Coup de Pouce

Vacances et voyage

Week-end de filles à Toronto

Note: les lettres A,B,C... font référence à des points sur les cartes Google. On trouve ces cartes à la fin des pages "vendredi", "samedi" et "dimanche".

VENDREDI

Fin de matinée et lunch: on prend ça cool dans le Toronto bohème.

Point de départ: la gare Union, au 65 Front Street West (A) (si on arrive en train ou en autobus, c'est ici qu'on descend; si on vole avec Porter, la navette nous y déposera aussi). De là, on se rend au coin de King et Bay (B) pour emprunter le tramway 504 sur King (direction est) jusqu'à la rue Trinity (C). Quelques minutes de marche vers le sud et nous voici dans le secteur de la distillerie.

Fondée en 1832, la distillerie Gooderham & Worts produisait à la fin du XIXe siècle la moitié des spiritueux de la province, exportant ses whiskys à travers tout le Canada et jusqu'à New York. Depuis quelques années, cet ancien site industriel est devenu un quartier historique, piétonnier et très animé, de jour comme de soir. Les anciens entrepôts abritent une variété de boutiques uniques et originales, des studios d'artistes et des cafés et resto qui nous invitent à flâner sur leurs terrasses.

On fête d'abord notre arrivée au Pure Spirits Oyster House en se régalant d'huîtres, de fruits de mer (préparés avec des influences orientales) ou de l'excellent macaroni au fromage garni de saumon fumé et de homard. La carte propose aussi des viandes, des plats végés et quelques bons vins ontariens au verre, comme le pinot gris de Creekside, le merlot ou le brut pétillant du vignoble Trius (55 Mill) (D).

Pour faire un tour du quartier - et noter où l'on aura envie d'aller magasiner après, - on monte sur un Segway, cette sympathique trottinette futuriste. Les guides de Segway of Ontario proposent des visites amusantes au cours desquelles le personnel nous raconte une foule d'anecdotes historiques. On opte pour la visite guidée d'une heure qui comprend deux dégustations: à la chocolaterie artisanale Sonoma Chocolate et à la brasserie Mill Street Brew Pub (69 $, en anglais seulement; 37 Mill).

Si on préfère, on peut laisser tomber la visite guidée et papoter tranquillement. Deux options, toujours au 55 Mill. Les curieuses iront goûter le seul saké produit dans l'est du Canada (chez Ontario Spring Water Sake Company). Sinon, l'ambiance décontractée de l'étonnant Café Balzac sera idéale pour une pause café. Celles qui raffolent de magasinage tenteront de dénicher quelques créations originales chez Bergo (objets design variés), Lileo (vêtements en denim), Tank (bijoutiers), Distill (plusieurs artistes) et bien d'autres.

 

 

En après-midi: virée branchée sur West Queen West

On reprend le tramway 504 (direction ouest) jusqu'au coin de Bathurst, puis on rejoint à pied la rue Queen (vers le nord) (E).

Les petites boutiques funky ont désormais pignon sur West Queen West, aussi surnommé le Art & Design District, qui s'étire de la rue Bathurst jusqu'à l'hôtel Gladstone (au 1214, coin Dufferin) (F). D'ailleurs, cet hôtel-boutique est une galerie d'art en soi; ses couloirs et lieux publics sont garnis d'oeuvres originales, accessibles à tous. Sur le même tronçon, on retrouve le Musée de l'art canadien contemporain (gratuit), en plus de boutiques de vêtements, de meubles et d'accessoires originaux. Ce quartier populaire n'a rien de chic, mais il commence à être mis en valeur et s'anime de plus en plus le soir grâce aux nombreux restaurants et bars de la rue Ossington (transversale), souvent pilotés par de jeunes chefs. Des visites guidées du quartier sont proposées les samedis de midi à 14 h (25 $, en anglais seulement).

En soirée: caméras, lumières... action!

Pour commencer, on prend l'apéro sur le toit de l'hôtel Drake, suivi de sushis, tapas ou grillades à son resto, réputé pour son menu et son décor éclectiques (1150 Queen West) (G). Il nous reste encore de l'énergie? Direction le quartier des spectacles (intersection King et John) pour un film au nouveau cinéma Bell Lightbox où se tient le prestigieux Festival du film de Toronto. On y présente aussi des expositions temporaires, des primeurs, des films de répertoire ou des documentaires, dans des salles à la fine pointe (350 King West) (H). De plus, tout ce secteur regorge de restaurants et de bars pour terminer la soirée.


Agrandir le plan

SAMEDI

En avant-midi: histoire et contrées lointaines

On prend le métro jusqu'à la station St. George's (A).

Ce matin, deux choix s'offrent à nous: on se transporte soit en Chine par l'intermédiaire des statues et antiquités chinoises du Musée royal de l'Ontario (15 $) (B), soit aux quatre coins de la planète, par le biais de la chaussure. En effet, les surprenantes collections du Musée Bata de la chaussure (C) nous montrent le chemin parcouru entre les premières sandales égyptiennes et les bottes des astronautes, en passant par les premiers escarpins rococo et ceux de Marylin Monroe (14 $).

À quelques coins de rue vers l'ouest, on peut aussi aller faire du lèche-vitrines dans l'élégant quartier de Yorkville(compris entre Bloor Street, Avenue Road, Davenport Road et Yonge Street). Contrastant avec les gratte-ciels du centre-ville, ces rues calmes et ombragées sont bordées de maisons victoriennes qui abritent des boutiques de vêtements et de sacs griffés, de la lingerie haut de gamme, en plus de quelques cafés et épiceries fines, comme Pusateri's, idéal pour s'offrir un brunch tardif ou un bon sandwich (57 Yorkville Ave.) (D).

En après-midi: plaisirs de l'Inde

On reprend le métro jusqu'à la station College (E), puis le tramway 506 (direction est) jusqu'au coin de Gerrard East et de Greenwood Avenue (F).

Changement d'ambiance et contraste total, car nous voici maintenant au coeur de Little India. Bien qu'il s'étende sur six ou sept coins de rue (entre les avenues Greenwood et Coxwell), ce quartier regroupe une centaine de commerces et restos qui nous transportent au coeur du continent indien. On peut y trouver des épices ou des légumes typiques (Kohinoor Foods et BJ Supermarket), goûter des spécialités végétariennes du sud de l'Inde (au Udupi Palace) et même se faire conseiller de la musique ou des films de Bollywood (au Bollywood Music Center). Et, bien sûr, plusieurs boutiques vendent aussi des bijoux (en or, surtout), des tuniques kurtis, qui se portent bien avec un jean ou un legging, sans parler des somptueux saris portés lors des grandes occasions.

En soirée: on s'éclate!

On revient à la Gare Union (G).

À quelques pas de là se trouve le Victor, le chic lounge de l'hôtel Le Germain, où on peut prendre l'apéro dans une ambiance feutrée aux accents urbains (30 Mercer) (H). Ensuite, il faut absolument s'offrir un souper à l'élégant Restaurant 360, au sommet de la tour du CN, juste à côté. Perché à 351 m dans les airs, ce resto tournant haut de gamme propose une cuisine du marché et plusieurs grands classiques canadiens: saumon fumé et homards de l'Atlantique, combo de grillades (boeuf, agneau, porc) provenant des fermes de l'Ontario, prosciutto du Niagara, etc. Mais ce sont surtout la vue sur Toronto et l'ascension jusque là-haut qui valent le détour. Car, quel que soit l'angle, les lumières du centre-ville ou celles du port ajoutent une touche magique à cette soirée (301 Front West; réservations suggérées) (I).

Si on a l'âme festive, on peut terminer la soirée au Pravda Vodka Bar, non loin de là. Cette fois, c'est en Russie qu'on se retrouve: fauteuils en velours écarlate, lustres en cristal, photos vintage et, surtout, une impressionnante sélection de vodkas. Entre autres, la carte propose des dégustations de trois vodkas d'origines et de goûts très variés. À partir de 22 h, plusieurs commencent à danser, électrisés par le DJ et les percussionnistes qui se promènent (44 Wellington East) (J).

 


Agrandir le plan

 

DIMANCHE

En avant-midi: matin girly

On débarque à la station de métro Davisville (A), puis on se rend (en taxi ou en autobus) sur Mount Pleasant Road. 

Ce matin, on se dirige vers le quartier de Mount Pleasant Village, où l'ambiance et le type de commerces rappellent un peu la rue Saint-Denis ou le Plateau Mont-Royal, à Montréal. D'ailleurs, on y trouve quelques cafés et boulangeries de style européen - pratique si on n'a pas encore déjeuné - et surtout le Fabulous Manicure Bar, décoré dans un style rétro aux couleurs bonbon! Un endroit rigolo et chaleureux pour s'offrir un soin des mains ou des pieds. La propriétaire dessine aussi des bijoux rétro, vendus sur place (mains: 21 $ à 34 $, pieds: 44 $ à 54 $; 609 Mount Pleasant Road) (B).

En après-midi: rideau!

En métro, on se rend à la station Dundas (C).

Toronto est devenue une des capitales de la comédie musicale et chaque année, elle accueille une foule de grands succès en provenance de Broadway ou de Londres. Dans le quartier des spectacles, il suffit de voir la quantité d'affiches pour comprendre à quel point on a l'embarras du choix. Aux dires de plusieurs, Toronto propose d'excellents spectacles, des distributions dignes de Broadway et à meilleur coût. Cet automne, on en profite pour aller voir la production Sister Act, inspirée du film mettant en vedette Whoopi Goldberg. Ponctuée de nombreuses mélodies, cette comédie entraînante est présentée au Ed Mirvish Theater en octobre et novembre. Il y a des représentations les vendredis et samedis soirs, mais celles du dimanche après-midi (à 14 h ou 15 h) sont moins chères (263 Yonge; à partir de 40 $) (D).

On termine notre séjour par une promenade sur le bord de l'eau, à Harbourfront (E), bourdonnant d'animation. Avant de repartir, on en profite pour visiter une succursale de la LCBO. Les conseillers nous suggéreront volontiers quelques vins ontariens qu'on risque peu de retrouver au Québec.

 


Agrandir le plan

 

 

Toronto, mode d'emploi

Pour s'y rendre. Il y a de nombreux vols réguliers d'Air Canada (qui arrivent à l'aéroport Pearson) et ceux de la compagnie Porter, qui atterrissent tout près du centre-ville. Les trains de Via Rail arrivent aussi en plein centre-ville; un voyage un peu long (5 heures), mais relaxant, avec l'Internet WiFi gratuit et sans les attentes et contrôles à l'aéroport. En voiture, il faut compter environ 600 km entre Montréal et Toronto (6 à 8 heures, selon la circulation), par l'autoroute 401.

Pour planifier nos déplacements: www.ttc.ca.

Pour en savoir plus: www.seetorontonow.com et Toronto, coll., Ulysse, 2010, 232 p., 24,95 $.

 

Merci à Tourisme Toronto et à ses partenaires, qui ont permis la réalisation de ce reportage.

 

Note: Le séjour que nous vous proposons est pensé pour trois journées, incluant les déplacements. Qu'on s'y rende en avion, en train ou en voiture, l'idéal, c'est d'arriver le vendredi en fin de matinée et de repartir le dimanche en fin d'après-midi. Mais rien n'empêche de choisir un peu moins d'activités ou de rester un peu plus longtemps. On adapte la formule selon nos envies et notre rythme.

 

À DÉCOUVRIR: Toronto: 5 quartiers à découvrir... hébergement inclus!

 

Commentaires

Partage X
Vacances et voyage

Week-end de filles à Toronto

Se connecter

S'inscrire