Vacances et voyage
31 mai 2011

Voyage en train: direction Ouest avec le Rocky Mountaineer

Par Nathalie De Grandmont, Coupdepouce.com

Nathalie De Grandmont Auteur : Coup de Pouce Crédits : Nathalie De Grandmont

Vacances et voyage
31 mai 2011

Voyage en train: direction Ouest avec le Rocky Mountaineer

Par Nathalie De Grandmont, Coupdepouce.com
Cet article fait aussi partie des dossiers :

Je rêvais de découvrir l'Ouest canadien en train. C'est donc avec beaucoup d'émotion que j'attendais le Rocky Mountaineer à la gare de Banff ce matin-là, prête à partir à la conquête de l'Ouest, bercée par le cliquetis des roues. Il n'était que sept heures, mais déjà, je ne tenais pas en place sur le quai, fixant l'horizon pour apercevoir le nez de ce fameux train que plusieurs magazines américains (y compris le National Geographic) classent parmi les excursions les plus excitantes au Canada. Bien qu'il emprunte les voies du Canadien Pacifique et du Canadien National, le Rocky Mountaineer est un train touristique qui propose entre autres trois itinéraires de deux jours, notamment «Le Premier passage vers l'Ouest» (First Passage to the West), qui débute à Calgary ou à Banff et qui se termine à Vancouver, après une escale d'une nuit à Kamloops. Le parcours se fait donc uniquement dans la journée et permet aux passagers de ne rien manquer des paysages - avec raison!

Une heure après avoir quitté la gare de Banff, ma découverte de l'Ouest débute en beauté, avec un mimosa et un copieux déjeuner chaud servis dans la salle à manger du wagon Goldleaf. Le décor est élégant et intimiste et les œufs bénédictine, tout à fait à mon goût. L'imposante silhouette de Castle Mountain défile, suivie de près par la station touristique de Lake Louise, dominée par le mont Victoria. Impossible de rester assise: je me précipite dehors sur la passerelle pour mieux faire corps avec toute cette nature, sentir l'air frais des montagnes et tendre le cou pour apercevoir leurs sommets qui se perdent dans les nuages du matin...

Même si le nom du train laisse supposer le contraire, les véritables Rocheuses n'occupent que les premières heures du trajet (surtout entre Banff et Lake Louise). C'est une petite déception, bien vite balayée par une foule d'autres paysages extraordinaires et, surtout, beaucoup plus variés que je ne le pensais. Comme cet itinéraire emprunte le parcours du premier train transcontinental canadien, j'ai l'impression d'entrer dans un livre d'histoire. Que de frissons en voyant tous ces ponts perchés au-dessus des canyons, le tunnel Connaught long de 8 kilomètres ou encore le fameux site de Craigellachie, où l'on a posé le dernier crampon du chemin de fer le 7 novembre 1885. Je comprends pourquoi on qualifiait à l'époque de «véritable épopée» la construction de ce chemin de fer... Le journal de bord (disponible en français) et les guides nous apprennent également une foule d'anecdotes sur l'histoire, l'économie, la faune et la flore locales. Captivant!

 

Rocky Mountaineer: des montagnes enneigées aux plateaux désertiques

Après les Rocheuses, on entre dans le parc national des Glaciers, longeant de multiples sommets enneigés. À leurs pieds coulent quantité de lacs et de rivières tumultueuses, d'une couleur émeraude incroyable, parce qu'alimentés par des glaciers. Accrochée à la passerelle, le nez au vent, je me sens toute petite devant cette nature si majestueuse et fougueuse à la fois. Alors que je déguste tranquillement un plat de saumon du Pacifique, le train redescend doucement dans la vallée du fleuve Columbia, où il effleure de près des rivières à saumons (si nombreux qu'on les aperçoit depuis le train!) et l'énorme lac Shushwap avec ses nombreuses presqu'îles. La journée se termine au milieu d'étranges formations de roches appelées «cheminées de fée», qui précèdent notre arrivée à Kamloops.

Le lendemain matin, un coyote, debout sur une butte, semble nous attendre à la sortie de la ville. À sa façon, il annonce les superbes paysages semi-désertiques du plateau de Thompson, l'un des endroits les plus arides du Canada. Défilent ensuite des montagnes de rocs aux formes étranges (des «hoodoos» comme on les appelle), des bicoques abandonnées par les prospecteurs de la ruée vers l'or, des ranchs, des aigles perchés sur les poteaux, sans parler des nombreux balbuzards pêcheurs qui planent au-dessus des bouillons de la rivière Thompson. Une véritable ambiance de Far-West! Sans compter qu'à tout moment, on peut aussi apercevoir des mouflons de montagnes, des cerfs ou même un grizzli! Peu après, les eaux limpides du fleuve Thompson rencontrent celles du fleuve Fraser. On longe ensuite les «Portes de l'enfer» (la partie la plus étroite du Fraser) avant d'entrer dans Vancouver, aveuglés par le soleil couchant qui scintille sur les gratte-ciel et au travers des ponts métalliques. 

C'est ainsi que se termine notre périple de près de 1 000 kilomètres. Entre les repas, l'animation à bord et la nature changeante, il n'y a presque pas de temps morts, même si on roule entre 10 et 12 heures chaque jour. Le Rocky Mountaineer se présente comme une «expérience sur rails», une excursion haut de gamme qui n'est pas à la portée de toutes les bourses, ni vraiment appropriée pour de jeunes enfants. Pourtant, grâce à la grande variété des paysages qu'il traverse, le Rocky Mountaineer mérite bel et bien d'être classé parmi ces fameux «voyages d'une vie».

Rocky Mountaineer: informations pratiques

Itinéraires: First Passage to the West (Calgary/Banff à Vancouver), Journey through the Clouds (Vancouver à Jasper) et Rainforest to Gold Rush (Whistler à Jasper) se font sur deux jours et incluent une nuit d'hébergement à mi-parcours; Whistler Sea to Sky (Vancouver à Whistler) est un circuit de 3 heures, sans hébergement. Ces itinéraires peuvent être combinés à d'autres circuits, croisières ou nuits d'hébergement supplémentaires.

Services à bord: Les transferts vers les gares sont rapides et bien coordonnés. Les déjeuners et dîners sont servis à bord et inclus dans les prix; repas froids (servis aux sièges) dans la section Redleaf et repas chauds à la carte (en salle à manger) dans la section Goldleaf. La nouvelle section Silverleaf (intermédiaire) offre aussi des repas chauds (servis aux sièges) et des wagons munis de dômes panoramiques. Le menu, le journal de bord et les documents de voyages sont offerts en français. Cet été, il y aura aussi des guides bilingues sur certains départs (à demander lors de la réservation).

Quand partir: Du 26 avril au 6 octobre.

Tarifs: à partir de 789$/pers. pour la section Redleaf et de 1 589$/pers. pour la section Goldleaf (en occupation double)

Informations: 1 800 425-9126 ou Rocky Mountaineer

 

À LIRE: Cap sur les plages des Îles-de-la-Madeleine

Partage X
Vacances et voyage

Voyage en train: direction Ouest avec le Rocky Mountaineer