Réussir son voyage entre amis

Auteur : Coup de Pouce

Malgré les histoires qui tournent mal, voyager en groupe a de nombreux avantages. Si on voyage peu, il peut être rassurant de faire équipe avec une amie habituée à bourlinguer ou une autre qui parle la langue du pays. Pour les familles, c'est un bonheur de voir les petits s'amuser ensemble, et les grands ont la possibilité de partager le gardiennage ainsi que certains frais. Mais comment bien planifier son voyage pour éviter les conflits et profiter à fond de l'aventure?

Bien choisir nos compagnons de voyage

«D'abord, on devrait bien connaître les gens avec qui on part et s'assurer que chacun trouvera son compte», explique Josée McKercher, agente de voyages pour Voyages ALM. Chaque voyageur devrait définir précisément ses attentes. «Nous étions 14 à partir ensemble, se rappelle Louise, 43 ans, et tout s'est bien déroulé, même si nous avions des enfants de 3 à 12 ans. Les intérêts de tous, petits et grands, étaient très variés, et chacun avait son propre rythme de voyage. Nous partions donc habituellement en deux ou trois sous-groupes pour faire des activités différentes. Une formule gagnante!»

Mais doit-on partir seulement avec des copains qui ont la même situation que nous: les célibataires avec les célibataires, les familles avec les familles? «Il est vrai qu'il est plus facile de voyager de cette façon», confirme la psychologue Caroline Paquet, de l'InstitutPsy. Si on voyage avec une autre famille, on doit prendre en considération l'âge de tous les enfants: les activités et le rythme du voyage seront plus faciles à déterminer. «Quand je planifie un voyage avec des enfants, je priorise leurs besoins à eux, car, si les petits ne font pas un bon voyage, personne n'en profitera», soutient Josée McKercher.

On peut aussi choisir nos compagnons en fonction de la destination. C'est ce que fait Catherine, 37 ans. «Je voyage plusieurs fois par année, et je ne le fais pas de la même façon, ni avec les mêmes objectifs, selon les personnes avec qui je pars. Jusqu'à présent, la formule fonctionne bien. Avec Caroline, ce sont les grandes villes ou les tout-inclus, car elle n'est pas aventurière. Avec Joël, la priorité n'est pas le voyage, c'est la plongée! On choisit donc la destination en fonction de sa réputation pour la plongée.» Ainsi, Catherine profite de tous ses voyages sans jamais être déçue.

Il faut aussi tenir compte de l'expérience de voyage de chacun, car un voyageur débutant nourrira beaucoup plus d'attentes qu'un habitué. Mais il n'est pas impossible de concilier les deux profils. «C'était ma sixième visite à Paris, alors que Julie s'y rendait pour la première fois, raconte Sylviane,39 ans. On a donc établi un programme commun. J'ai laissé tomber mon idée de visiter les catacombes pour refaire le circuit Tour Eiffel - Champs-Élysées. Par contre, j'ai insisté pour voir Notre-Dame, et elle a dû laisser tomber le musée d'Orsay par manque de temps. Mais nous voulions toutes deux faire Montmartre et les bateaux-mouches. Finalement, chacune y a trouvé son compte.»

 

Voyage entre amis: comment éviter les conflits

Selon l'agente de voyages, «le succès des vacances dépend de la planification. Une fois sur place, on ne devrait avoir qu'à en profiter».Et ce n'est pas parce qu'on voyage avec des amis qu'on doit laisser notre plaisir personnel à la maison! S'accorder des moments en solo - ou en couple, ou en famille - est nécessaire et bénéfique. «Le seul moment où ce désir pourrait être mal interprété, c'est si on l'exprime à cause d'un irritant ou à la suite d'une discorde. Sinon, il est généralement bien reçu, surtout si on l'a déjà manifesté avant de partir», explique Caroline Paquet.

Mais malgré une planification béton, certains conflits peuvent se pointer le bout du nez. «Il arrive qu'on ne connaisse pas suffisamment nos compagnons ou qu'on se soit mal préparé au voyage», explique Josée McKercher. Autrement, s'il survient une situation difficile, on ne devrait avoir qu'à remettre les pendules à l'heure en disant: «Tu te souviens, on en a parlé avant de partir...» Mais il reste que certaines frictions sont normales. «Le contexte est différent: souvent, on ne côtoie nos amis qu'une ou deux fois par mois, et soudainement on se retrouve avec eux presque 24 heures sur 24», note Caroline Paquet.

Régler un conflit en voyage n'est pas différent d'à la maison. Une règle de base: on n'attend pas que le malaise passe de lui-même. «Évidemment, si on encaisse et que tout explose la veille du retour, notre compagnon réagira mal, explique Caroline Paquet. Il est préférable de se parler ouvertement, sans accuser l'autre, mais en lui exprimant clairement notre besoin. Dire: "J'aurais besoin de rire plus" sera mieux perçu que "Tu chiales tout le temps"...»

Enfin, même si le voyage parfait n'existe pas, cela ne nous empêche pas de passer des vacances parfaites. «Si on a bien choisi notre voyage et qu'on sait à quoi s'attendre, il faut être bien malchanceux pour que nos vacances se déroulent vraiment mal», estime Josée McKercher. «En vacances, on devrait lâcher prise et en profiter. S'amuser, tout simplement!» conclut Caroline Paquet.

Commentaires

Partage X
Vacances et voyage

Réussir son voyage entre amis

Se connecter

S'inscrire