Vacances et voyage

Malade en voiture? Voici des trucs à retenir!

Malade en voiture? Voici des trucs à retenir!

Auteur : Coup de Pouce

Vacances et voyage

Malade en voiture? Voici des trucs à retenir!

Les vacances peuvent être un long calvaire si on est malade en voiture. Pourtant, il est possible de contrer les nausées et maux de cœur associés au mal des transports.

Lorsqu'on est malade en voiture, on est en fait victime du mal des transports. Un trouble - aussi appelé cinétose - qui provoque maux de cœur, nausées ou vomissements dans les véhicules en mouvement (voiture, avion, bateau, train). Rare chez les enfants de moins de deux ans, il voit sa prévalence augmenter graduellement avec l'âge et atteindre un sommet entre 10 et 12 ans. Les femmes y sont aussi plus sujettes que les hommes, notamment lorsqu'elles ont leurs règles ou sont enceintes.

D'où vient le mal des transports?

Le mouvement lent et prolongé d'un véhicule entraîne des modifications du centre de l'équilibre, situé dans l'oreille interne. C'est le décalage entre l'information que les yeux captent et celle que cette dernière perçoit qui provoque des malaises. Ceux-ci sont encore plus fréquents si la ventilation est mauvaise, l'atmosphère saturée de fumée ou si on vient de manger un repas lourd. La seule vue d'un aliment peut alors aggraver les symptômes!

Quels sont les symptômes du mal des transports?

Le mal des transports se manifeste par un sentiment de malaise, des étourdissements, des maux de tête et des nausées pouvant entraîner des vomissements. Dans les cas graves, la personne atteinte peut devenir très anxieuse, transpirer ou saliver beaucoup. Les symptômes disparaissent lorsque le cerveau s'adapte à la nouvelle situation ou dès que le mouvement cesse. Ils sont en général sans conséquence, sauf si les vomissements persistent au point d'entraîner la déshydratation.

Comment éviter d'être malade en voiture?

La prévention est essentielle puisque, une fois déclenchés, les symptômes sont difficiles à maîtriser. Une façon simple d'éviter le mal des transports est de bien choisir sa place dans le véhicule. En s'installant sur la banquette avant, ou au milieu du siège arrière pour les enfants, on peut fixer l'horizon plutôt que les paysages changeants sur les côtés, ce qui diminue les malaises. D'ailleurs, on remarquera que la personne qui conduit n'est jamais malade!

 

Quelques conseils pour éviter d'être malade en voiture

Avant de partir:

  • Faire en sorte de bénéficier d'une bonne nuit de sommeil, surtout dans le cas des enfants;
  • Manger léger. Comme il vaut mieux ne pas voyager l'estomac vide, on pense à apporter des collations;
  • Éviter les excitants comme l'alcool, le tabac et le café avant et pendant le voyage.

Durant le trajet:

  • Ouvrir la fenêtre et faire fonctionner le système de ventilation;
  • Prévoir des arrêts fréquents;
  • Éviter les mouvements brusques de la tête et essayer de la garder posée sur l'appuie-tête;
  • Dormir;
  • Demander au chauffeur de prendre les virages en douceur et de ne pas accélérer ou décélérer trop brusquement;
  • Mâcher de la gomme ou sucer des bonbons;
  • Inviter les enfants à jouer à compter les voitures rouges qui nous dépassent ou à déterminer la provenance des autres véhicules. Cette «mission» les détournera d'un éventuel malaise!
  • Éviter la lecture, qui fixe le regard pendant que le corps bouge. Vertiges assurés!

La médication

Il existe quelques médicaments en vente libre auxquels on peut recourir pour éviter d'être malade en voiture. Un des plus connus, le dimenhydrinate (Gravol) est un antihistaminique qui peut être administré à partir de l'âge de deux ans. On le prend au moins une heure avant le départ. Mais attention: il cause de la somnolence. On évite donc d'en donner au conducteur! La scopolamine (Transderm-V) est un timbre cutané pour adultes seulement. Il s'applique derrière l'oreille 12 heures avant le départ et peut rester en place durant trois jours.

Les médicaments contre le mal des transports ne doivent pas être administrés aux bébés ni aux très jeunes enfants. À doses trop élevées, ils risquent d'entraîner une grande agitation, voire des convulsions.

Il est recommandé de consulter un médecin ou un pharmacien avant de prendre un médicament contre le mal des transports, afin de choisir le meilleur traitement selon son âge et son état de santé, et d'éviter de possibles interactions médicamenteuses.

 

Commentaires

Partage X
Vacances et voyage

Malade en voiture? Voici des trucs à retenir!

Se connecter

S'inscrire