Vacances et voyage

72 heures à Bangkok: quand l'appétit va, tout va

Coup de Pouce
Vacances et voyage

72 heures à Bangkok: quand l'appétit va, tout va

Le bonheur de prendre un loooong bain chaud après 11 heures de vol (Montréal-Doha) + 2 heures en transit + 7 autres heures de vol (Doha-Bangkok)!... Après un petit déjeuner tardif et un peu de repos à l'hôtel, nous voici fin prêtes à conquérir la ville. Il faut dire que Maya, qui a dormi à poings fermés pendant presque tout le trajet, est dangereusement en forme. Plutôt difficile de gérer son trop-plein d'énergie alors que j'ai à peine trois heures de sommeil dans le corps et la voix de Marge Simpson (une vilaine toux ne me quitte plus depuis quelques jours)... Pas question de m'apitoyer sur mon sort, cap sur Khao San Road, quartier légendaire principalement fréquentés par les voyageurs sacs au dos. Nous avons beau loger dans un hôtel un peu en retrait de l'agitation, j'ai follement envie de revoir cet endroit qui m'est si cher. «Ça pue!» martèle Maya pendant notre promenade. Sac rempli de morceaux de mangues à la main, elle s'arrête malgré tout devant chaque présentoir. À cette heure du jour, les rues se transforment en petit marché. Des vêtements, des stands de nourriture, des copies de montres griffées... On y trouve de tout (même de fausses cartes de presse!).

Découvrir Khao San Road avec un enfant signifie avoir des yeux tout le tour de la tête. Oups! Une moto slalome entre les étals. Une voitures tente de se frayer un chemin. Un vélo arrive à toute vitesse. Pas de tout repos, surtout quand les sens sont bombardés en même temps. Je me promets de revenir avant de quitter le pays pour déguster pad thai et pancakes cuisinés sur la rue (vendus trois fois riens, mais si bons!). Ce soir-là, au restaurant nham, Maya déguste son premier riz frit... servi dans une assiette Hello Kitty! «HUM!» s'exclame-t-elle, pendant que je salive. Devant moi, les plats du menu de dégustation défilent. Après mes quatre entrées, j'ai déjà le ventre plein et le sourire fendu jusqu'aux oreilles. Alors quand je goûte la salade de crevettes, de pieuvre croustillante, de porc et de noix de coco rôtie à la citronnelle, la salade de crabe à carapace molle frit accompagné de pomelo, de chili et de coriande,  la soupe de canard rôti asssaisonnée de basilic thai et de noix de coco, l'émincé de crevettes et de porc baigné de crème de coco et rehaussé d'échalottes rouges, de chili, de coriandre et de légumes frais (je continue?)... Quand je goûte, disais-je, je me dis que j'ai dû avoir été fine en maudit dans mes vies précédentes pour que Bouddha m'accorde autant de moments d'extase (le nirvana sur Terre?). Ce soir-là, c'est le feu que j'ai eu à la bouche. Et pas question de l'éteindre! Vous l'aurez compris: je suis folle de cuisine thaïlandaise. Maya se régale aussi depuis le début de notre séjour, tant qu'aucun incendie se déclare quand elle mastique. Au petit déjeuner, les mangues et les papayes se retrouvent en priorité dans nos assiettes. Et impossible de se passer de jus de melon d'eau! Nous découvrons aussi de nouveaux fruits, comme celui du dragon et le longan (nous en raffolons!). Pad thai, poisson bien croustillant et curry vert ont aussi contribué à adoucir notre arrivée en sol thaïlandais.

Car gérer 12 heures de décalage horaire ne se fait pas en criant «fuseau»! Nous nous sommes mêmes accordées une journée de repos complet, à lézarder près de la piscine, à commander à manger et à doooormir. Malgré tout, depuis notre arrivée, nous avons pu visiter le Grand palais et Wat Pho, en plus de recevoir un massage traditionnel. Je vous en reparle... Merci à Qatar Airways, au Metropolitan hotel et à Tourism Authority of Thailand, grâce à qui ce séjour est possible. Pour découvrir les autres billets d'Un baluchon pour deux, par ici.

Commentaires

Partage X
Vacances et voyage

72 heures à Bangkok: quand l'appétit va, tout va

Se connecter

S'inscrire