Partys et évènements

Le père Noël, légende éternelle

Le père Noël, légende éternelle

Shutterstock Photographe : Shutterstock Auteur : Coup de Pouce

Partys et évènements

Le père Noël, légende éternelle

Pas né de la dernière neige!

Il semble que, depuis toujours, les gens ont cru à des personnages surnaturels descendant du ciel pour apporter des cadeaux aux enfants. Plusieurs de ces personnages arrivaient lors du solstice d'hiver (21 décembre), une fête déjà célébrée à l'époque de l'Empire romain.

Quand la jeune Église chrétienne se lança dans l'évangélisation de l'Europe, elle se heurta à Odin, Wodan et autres dieux nordiques. Les faire disparaître n'était pas facile. On tenta avec plus ou moins de succès de leur substituer la légende de saint Nicolas. Au cours des siècles, les croyances chrétiennes et païennes se sont mélangées. Ainsi, le dieu germanique Thor, vieillard jovial aimant les enfants et apparaissant dans le feu de l'âtre, ressemble comme un jumeau à notre père Noël actuel!

Les cadeaux d'abord

Quelle coutume est venue la première: la remise de cadeaux ou la fête de la naissance de Jésus? Probablement la première. En effet, avant le IVe siècle, on ne célébrait pas Noël, puisque les textes évangéliques ne précisent pas la date de la Nativité. C'est seulement en 354 que le pape Liberius l'établit le 25 décembre. En choisissant ce jour, il voulait probablement éclipser les rites païens entourant le solstice d'hiver. Le saint qui aimait les enfants
Saint Nicolas est le plus important ancêtre du père Noël. Évêque en Asie mineure au IVe siècle, il aurait accompli tant de miracles qu'il est aujourd'hui le saint patron des enfants, des jeunes filles, des marins, des prisonniers et de la Russie! Sa fête, le 6 décembre, est considérée depuis le XVe siècle comme la fête des enfants. Il est généralement représenté comme un grand évêque portant une mitre et une crosse. Chevauchant un âne ou un cheval, il visite les maisons pour apporter des cadeaux aux bons enfants et punir les mauvais. Parfois, un comparse maléfique l'accompagne pour accomplir la deuxième tâche, lui laissant le beau rôle: aux Pays-Bas, il s'agit d'un valet noir, en France, du célèbre père Fouettard.

À lire: Noël 2014: idées cadeaux pour les enfants

Les cousins de saint Nicolas

Saint Nicolas n'est pas le seul personnage religieux à apporter des cadeaux aux enfants. Dans différentes régions européennes, les enfants bénéficient des services de saint Martin, sainte Catherine, sainte Barbara, sainte Lucie, saint Thomas, saint André. Dans les familles très catholiques, c'est l'Enfant Jésus lui-même qui apporte les cadeaux. En Espagne, les enfants reçoivent leurs présents des rois mages à l'Épiphanie.

Quand le père Noël... est une femme

Curieusement, l'Italie et la Russie partagent le même personnage légendaire: une vieille femme qui apporte des cadeaux aux enfants. En Italie, elle se nomme la Befana et en Russie, la Babouchka. Son histoire existe en plusieurs versions. En voici une.
Par une nuit d'hiver très froide, la Babouchka fit un grand feu dans sa modeste cabane et s'assoupit, heureuse d'être au chaud. Soudain, on frappa à la porte: trois hommes d'apparence étrange se trouvaient sur le seuil. Ils lui expliquèrent qu'ils allaient à Bethléem porter des cadeaux à un enfant et lui demandèrent de les accompagner. La Babouchka jeta un coup d'oeil aux plaines enneigées et songea à son bon feu réconfortant. «Je suis trop vieille et trop fatiguée pour un si long voyage», répondit-elle aux étrangers. Ils la quittèrent, et la vieille femme retourna à son sommeil.

Le lendemain, elle eut des remords et sortit bien vite pour tenter de rattraper les rois mages. Hélas, la neige avait recouvert leurs traces. La Babouchka emplit alors son sac de jouets et se lança sur les chemins, mais ne put jamais les apercevoir. C'est pourquoi, chaque Noël, la Babouchka visite toutes les maisons de Russie en donnant des jouets aux enfants et en espérant trouver celui dont les rois mages lui ont parlé.

Un poème qui a fait du chemin

Le père Noël tel que nous le connaissons aujourd'hui est né en 1822 sous la plume de l'Américain Clement C. Moore, qui composa un poème pour ses enfants intitulé d'abord A visit from St. Nicholas, puis rebaptisé The Night before Christmas à sa publication. Le père Noël y est décrit comme un petit elfe joufflu et rigolo, bondissant de toit en toit sur son attelage tiré par huit rennes minuscules. «Il avait un large visage/Une petite bedaine toute ronde/Qui tremblotait comme de la gelée/Quand le rire le secouait...»

Clement C. Moore ne reconnut la paternité de son poème que 30 ans après sa publication: professeur de grec et d'hébreu, il croyait sans doute que l'écriture de contes frivoles ne cadrait pas avec le sérieux de ses travaux...

Portraits de pères Noël

La première illustration du poème de Moore représentait le pèreNoël sous la forme d'un petit Hollandais à courte pipe. Quarante ans plus tard, le conte fut publié dans le magazine Harper Weekly, et le dessinateur Thomas Nast en fit une autre illustration. Célèbre caricaturiste politique, Nast se passionna pour ce sujet et en fit des dizaines de portraits. Au début, il s'inspira des souvenirs de sa Bavière natale et dessina un nain plutôt effrayant, vêtu de peaux de bêtes et menaçant les enfants avec un bâton. Puis, avec les années, son père Noël devint de plus en plus amical: il reçut de petites lunettes rondes, une large ceinture de cuir et une toque en fourrure. À la fin du XIXesiècle, le personnage était définitivement adopté en Amérique, mais son apparence n'était pas toujours uniforme. Il était parfois gros, parfois mince; son habit était soit de fourrure, soit de couleur rouge, bleue, verte ou violette. Ce n'est que vers 1920 que la taille ronde et le costume rouge et blanc devinrent standard.

À lire: Noël 2014: 4 défilés du Père Noël à ne pas manquer

Une mine d'or pour Coca-Cola

En 1931, Coca-Cola avait des problèmes d'image. L'entreprise était soupçonnée de fabriquer son célèbre breuvage avec des feuilles de coca (dont on tire la cocaïne), et il lui était interdit de montrer des enfants dans ses publicités, même après qu'elle ait changé sa recette de boisson gazeuse.

L'équipe de marketing eut alors une idée du tonnerre: utiliser la légende du père Noël pour promouvoir une image familiale et inoffensive de Coke. L'illustrateur Haddon Sundblom créa un père Noël de taille humaine, au ventre rond et à la figure sympathique et débonnaire. Ce fut une des campagnes publicitaires les plus efficaces de tous les temps. Coca-Cola utilisa son père Noël pendant près de 35 ans, l'envoyant même en Europe pendant la Seconde Guerre mondiale. Le père Noël débarqua donc sur le vieux continent en même temps que les soldats américains, conquérant rapidement tous les pays et éclipsant leurs vieux ancêtres régionaux. C'est en partie à cause de cette publicité de Coca-Cola que le père Noël a la même allure partout sur la planète.

L'arrivée du père Noël au Québec

En Nouvelle-France, en plein coeur du rude hiver, la célébration de Noël était essentiellement religieuse et se résumait à la messe de minuit et à un réveillon. Vers 1875, la communauté anglophone des centres urbains commença à faire de Noël une journée de réjouissances familiales et adopta le Santa Claus américain. Mais, pour les francophones des milieux ruraux, l'argent était trop rare pour songer à faire des cadeaux aux nombreux enfants de la maisonnée.

Il fallut attendre la Première Guerre mondiale pour que les Québécois se laissent gagner par les festivités de Noël. La radio diffusait des chansons et des contes, et les marchands se mirent de la partie et firent défiler le père Noël dans les rues. Les cadeaux se firent plus nombreux à mesure que le niveau de vie s'élevait, et le père Noël entra dans les moeurs.

Quand Rudolphe, le renne au nez rouge, est-il apparu?

Le renne au museau lumineux est né en 1939, lorsqu'une chaîne de magasins américaine demanda à Robert L. May, un de ses rédacteurs publicitaires, d'écrire un conte de Noël pour les clients. Rudolphe fit immédiatement sensation: en sept ans, six millions de livrets furent distribués dans les magasins. Quand le rédacteur parvint à récupérer ses droits d'auteurs, en 1947, son beau-frère composa la chanson Rudolph the Red-Nosed Reindeer, qui devint un des plus grands best-sellers musicaux du siècle. Robert L. May quitta son emploi et vécut confortablement jusqu'à la fin de sa vie.

Pourquoi le père Noël passe-t-il par la cheminée?

Au début du Moyen Âge, on croyait que la cheminée était la voie par laquelle les esprits entraient dans la demeure et la quittaient. D'où la croyance selon laquelle saint Nicolas et le père Noël passent par la cheminée.

À lire: Doit-on laisser ses enfants croire aux Père Noël?

D'où viennent les rennes?

Le père Noël a fait un choix judicieux en choisissant ces animaux vivant en Scandinavie, en Sibérie, au Groenland et au Canada. Endurant le froid sans problèmes, les rennes ne rechignent pas à faire de longues courses. Mieux encore, les Finlandais de Laponie disent qu'ils ont des pouvoirs surnaturels. Protégeant contre les influences maléfiques, les rennes sont chargés là-bas de conduire les âmes dans l'autre monde.

Au Québec, l'équipage du père Noël semble peut-être mystérieux, mais il nous est bien familier: les rennes sont en fait des caribous, terme emprunté à la langue algonquine qui signifie: «qui creuse la neige pour se nourrir».

Où habite-t-il?

C'est l'illustrateur américain Thomas Nast qui situa la résidence du père Noël au pôle Nord. C'était une excellente idée: à égale distance de tous les pays et trop loin pour les enfants curieux, les glaces arctiques servaient parfaitement la légende.

C'était sans compter l'orgueil des pays scandinaves, qui se disputent tous aujourd'hui l'honneur d'héberger le père Noël. Côté parcs d'attraction, les Finlandais semblent en avance avec leur Santa Park en Laponie. Construit dans un abri nucléaire, le parc attire entre 450 000 et 500 000 visiteurs par année. Mais les Danois offrent une sérieuse concurrence: avec le Groenland, ils sont en effet les plus près du pôle Nord. Ils refusent de bâtir un parc d'attraction pour ne pas faire du père Noël un phénomène commercial, mais bénéficient d'une bonne couverture médiatique, puisque, depuis deux ans, CNN diffuse ses voeux de Noël en direct du Groenland.

Vedette du grand écran

Au cinéma, le père Noël en a vu de toutes les couleurs! Il a rencontré des Martiens, s'est fait kidnapper à maintes reprises et a même été héros de films d'horreur. Mais son heure de gloire est venue en 1947 avec le film Le Miracle de la 34e Rue, dans lequel il convainc la justice new-yorkaise qu'il existe réellement (un remake de ce film a été réalisé en 1994). Il eut moins de chance en 1982, quand une bande d'acteurs français créa un véritable film-culte en affirmant que Le père Noël est une ordure.

Père Noël businessman

Henri Paquette a fondé l'Association des pères Noël du Québec il y a 40 ans. Son organisme a aujourd'hui des bureaux partout au Québec et fait travailler entre 450 et 600 pères Noël chaque hiver. Les membres de l'association remplissent des critères bien précis: ils mesurent entre 1 m 73 et 1 m 83 et pèsent 113 kg et plus.
La gestion de pères Noël est exigeante: un retard, une bévue, et la catastrophe guette. Un des représentants de l'Association a déjà eu un malaise cardiaque dans un centre commercial; un autre s'est fait arrêter sur la route entre deux contrats. Mais il y a aussi de belles histoires. Il y a quelques années, un père Noël a adopté un enfant après avoir visité un orphelinat.

Sur les traces du père Noël

Depuis 44 ans, le commandement de la défense aérospatiale de l'Amérique du Nord (NORAD) suit les déplacements du père Noël le soir du 24 décembre. Tout a commencé en 1955, à Colorado Springs, aux États-Unis. Un magasin encourageait les enfants à appeler le père Noël sur une ligne spéciale. Le numéro de téléphone donné était en fait celui du directeur du commandement à la Défense continentale. Recevant des dizaines d'appels d'enfants, il comprit la situation et ordonna à ses soldats de détecter la position du père Noël sur les radars. Tous les enfants qui appelèrent reçurent des nouvelles précises de son parcours.
Deux ans plus tard, lorsque le NORAD fut créé, il reprit la tradition de la Défense continentale. Chaque Noël, des soldats bénévoles informent des milliers d'enfants du monde entier. Ils ont aussi mis sur pied un site Internet (www.noradsanta.org) où on peut suivre en direct le parcours du père Noël. Le 24 décembre dernier, ce site à été consulté 30 000 fois par minute, pendant que le NORAD recevait plus de 20 000 appels d'enfants n'ayant pas accès à Internet.

À lire: 25 recettes de biscuits pour patienter jusqu'à Noël

Les différents noms du père Noël

Angleterre: Father Christmas
États-Unis: Santa Claus
Hollande: Sinterklaus
Allemagne: Klausenmann
Russie: Ded Moroz
Scandinavie: Jul Tomte
Finlande: Joulupukki
Italie: Babbo Natale
Grèce: saint Vassilios
Roumanie: Mos Cratiun

Menacé de disparition?

«Pas du tout, croit la sociologue Diane Pacom. Au contraire, à l'heure de la mondialisation, le père Noël ressort comme l'ambassadeur idéal pour toucher toutes les cultures à cause de sa nature non religieuse.»

Le malin vieillard a su s'adapter à notre époque. Les féministes le trouvaient macho? Il s'est adjoint une jolie mère Noël. La consommation de masse est aujourd'hui la règle? Il s'est installé au centre commercial! «Les enfants aussi ont bien changé, rappelle Diane Pacom. Ayant accès à une foule de nouveaux médias, ils ont un rapport à la réalité très particulier. Pour eux, il est normal de croiser Mickey Mouse et de lui serrer la main. C'est pourquoi ils croient toujours au père Noël.»

Une nuit fort chargée

Avec la population mondiale qui augmente sans cesse, le père Noël a un sacré boulot à accomplir chaque Noël! Il y a en effet environ 378 millions d'enfants chrétiens dans le monde. En supposant que 15% d'entre eux n'ont pas été sages et en comptant une moyenne de 3,5 enfants par famille, cela donne 91,8 millions de foyers à visiter en une nuit. Heureusement, la rotation terrestre laisse au père Noël 31 heures d'obscurité pour accomplir sa tâche, ce qui lui donne... 822,6 maisons à visiter par seconde!

Source: Québec-Sciences, décembre 1996.

Le père Noël se tue à la tâche!

La venue annuelle du père Noël est un miracle encore plus grand qu'on ne le croit. En effet, en supposant que les foyers à visiter sont également répartis sur les continents, cela donnerait 121 155 200 km à parcourir. Pour y réussir en 31 heures, le Père Noël devrait voyager à une vitesse moyenne de 1 040 km/seconde, soit 3 000 fois la vitesse du son!

Source: Québec-Sciences, décembre 1996.

De nombreux ennemis

Adoré des enfants, le charmant grand-père a tout de même ses détracteurs. En 1951, des prêtres français l'ont brûlé devant la cathédrale de Dijon, l'accusant de promouvoir le mensonge et de nuire au caractère sacré de la nuit de la Nativité. En 1977, des commerçants danois l'ont montré poignardé dans leur vitrine pour dénoncer la surconsommation entourant Noël. Les régimes communistes l'ont condamné à l'exil, le considérant comme un symbole du capitalisme (encore aujourd'hui, le père Noël est interdit de séjour à Cuba). Enfin, des féministes le soupçonnent d'exploiter la mère Noël, la laissant accomplir les tâches ingrates et se réservant la gloire et la célébrité.

Chaque fois qu'une telle crise est survenue, les partisans du père Noël ont pris sa défense avec une telle vigueur que son image en est sortie grandie. Quant au principal intéressé, il a agi en habile politicien et a gardé le sourire. Après avoir traversé des siècles, il en a vu d'autres...

À lire: 10 anecdotes sur les traditions de Noël dans le monde

Commentaires

Partage X
Partys et évènements

Le père Noël, légende éternelle

Se connecter

S'inscrire