Loisirs et culture

Stéphane Moraille en 5 mots

Stéphane Moraille en 5 mots

  Photographe : François Nadeau

Loisirs et culture

Stéphane Moraille en 5 mots

Certains qualifieront sa musique de musique du monde. Elle, elle appelle ça de la musique globale. Rencontre avec l’avocate, politicienne et bête de scène qu’on a connue au sein de Bran Van 3000 et qui nous offre aujourd’hui un album rempli d’humanité.

Groupe — Bran Van m’a enseigné l’amour de toutes les sortes de musiques. J’ai appris à m’intéresser aux choses qui m’étaient, de prime abord, moins familières. Et mon passage dans le groupe m’a permis d’en apprendre sur la nature humaine: si un couple sur deux divorce, imaginez un groupe de neuf personnes…

Solo — J’envisage ce nouvel album solo avec beaucoup de sérénité. J’ai beaucoup moins de paillettes dans les yeux. Je sais que j’aime chanter, être avocate et être maman. Quand on comprend comment fonctionne l’industrie, on est moins naïf devant ce que ça représente.

Persévérance — Il y a toujours des embûches partout. Faire partie de Bran Van, ça n’a pas été facile. Me faire respecter comme avocate non plus. Le plus difficile a été de changer ma vie; de passer de rock star au 9 à 5 métro, boulot, dodo. J’ai dû convaincre les gens que j’étais aussi bonne avocate que chanteuse. Cela dit, je suis heureuse dans l’anonymat. La reconnaissance des gens, c’est un poids lourd à porter.

Politique — Quand je me suis impliquée comme candidate au NPD, c’est parce que j’étais — et je suis toujours — interpellée par un projet collectif. Mais mes lunettes roses sont brisées: les politiciens travaillent 14 heures par jour et se font constamment critiquer. Le sauvetage collectif, ce n’est pas pour moi. Il faut savoir se sauver soi-même. Mon fils avait trois ans à l’époque. Il a détesté chaque minute de ma vie politique.

Haïti — Sur l’album, je chante surtout en créole parce que ce sont mes racines… et parce que, quand je chante en français, ça sort comme du gros joual. La charpente de chaque chanson est un rythme traditionnel haïtien façonné autrement. Je suis donc allée à la source. Je veux offrir une parcelle de mon âme.

Daïva. Disponible le 29 septembre chez Audiogram. 

Commentaires

Partage X
Loisirs et culture

Stéphane Moraille en 5 mots

Se connecter

S'inscrire