Loisirs et culture

Red Light: une trilogie policière célébrée

Par
Red Light: une trilogie policière célébrée

  Photographe : Mathieu Rivard

Loisirs et culture

Red Light: une trilogie policière célébrée

Par

À l'aube de la sortie du troisième et dernier tome de sa série policière Red Light, l'auteure Marie-Ève Bourassa nous parle en cinq mots de cette trilogie primée située dans un Montréal noir à l'époque des années folles.

Époque — «J’ai choisi de camper mes romans dans les années 1920 parce que c’était une époque fascinante, plus grande que nature. La mode, le jazz, le milieu interlope, ça semblait enivrant comme période, probablement pour tenter d’oublier ses désillusions. Quand on croit que chaque soir peut être le dernier, on devrait en profiter, non?»

Eugène — «C’est mon personnage principal: un ancien policier devenu détective privé et un vétéran de la guerre. Il est accro aux médicaments et, entre autres, à l’opium, que lui prépare sa femme, une immigrante chinoise. Il a une personnalité complexe, de son temps, mais c’est aussi un être plutôt attachant. Quand je ferme les yeux et que je l’imagine, je pense illico à Marlon Brando et à sa dégaine.»

Trilogie — «Je voulais que ce soit bouclé en quelques tomes, pas plus. Mes recherches m’ont fourni beaucoup d’informations sur l’époque, ce qui m’a donné assez d’inspiration pour imaginer trois intrigues distinctes, tout en permettant à Eugène d’évoluer, de changer, même.»

Femmes — «J’avais envie de dépeindre des femmes qui n’étaient pas victimes de leur sort, qui étaient débrouillardes. Dans ces années-là, si une femme ne voulait pas être sous l’emprise d’un mari, elle se tournait vers les bordels et les bars clandestins, entre autres.»

Langue — «Bougresse. Cocotte. Kid... la langue du Red Light, c’est presque un personnage en soi! Je voulais qu’on entende les personnages, qu’on goûte bien à leur franc-parler et au métissage de l’anglais et du français dans une même conversation, comme c’était déjà le cas à cette époque... et comme ça l’est parfois aujourd’hui aussi!»

Red Light: Adieu, mignonne, t.1, Frères d’infortune, t.2, Le sentier des bêtes, t.3, VLB, 2017-2018, de 26,95 $ à 28,95 $.

Commentaires

Partage X
Loisirs et culture

Red Light: une trilogie policière célébrée

Se connecter

S'inscrire