Loisirs et culture

Nos meilleures émissions télé, d'hier à aujourd'hui

Nos meilleures émissions télé, d'hier à aujourd'hui

istockphoto.com Photographe : istockphoto.com Auteur : Coup de Pouce

Loisirs et culture

Nos meilleures émissions télé, d'hier à aujourd'hui

Depuis les années 50, la télé s'est fait une place dans nos maisons. En soixante ans, son évolution a été impressionnante: on est passés du noir et blanc, qu'on écoutait entassés dans le salon, à la webtélé diffusée maintenant sur nos téléphones intelligents.

Ce qui n'a pas changé, toutefois, c'est notre fidélité envers les émissions made in Quebec. Pour une population de notre taille, nous produisons une quantité étonnante de téléromans et d'émissions de toutes sortes. Nous y consacrons d'ailleurs 92 % de notre temps d'écoute, un pourcentage nettement plus haut qu'au Canada anglais, où on résiste plus difficilement aux grosses productions américaines. En 2011, les 25 émissions les plus regardées sur les réseaux généralistes étaient toutes produites ici (avec certaines adaptations, mais aucune traduction).

Au-delà des statistiques, l'amour qu'on porte à notre télévision est indéniable. À preuve, les choix difficiles qu'on a dû faire pour que ce reportage ne s'étende pas sur 40 pages!

Nos émissions phare, de 1950 à aujourd'hui

ANNÉES 50: La Famille Plouffe (Radio-Canada)
Cette émission raconte le quotidien d'une famille ouvrière de Québec à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Fait marquant: Diffusé d'abord à la radio, il s'agit du premier téléroman québécois à être mis en ondes, le 4 novembre 1953. Vedette: Amanda Alarie, qui y joue Mme Joséphine «maman» Plouffe. Cote d'écoute: difficile à savoir. Les cotes d'écoute ont été comptabilisées de façon plus systématique dans les années 60.

ANNÉES 60: Cré Basile (Télé-Métropole)
Comédie de situation mettant en vedette un plombier constamment plongé au coeur de situations loufoques et rocambolesques. Fait marquant: Important succès de Télé-Métropole, quelques années après sa naissance, en 1961. L'arrivée de cette chaîne privée bousculera un peu les habitudes de Radio-Canada... Vedette: Olivier Guimond, dans le rôle de Basile. Cote d'écoute: 1 000 000, dès sa seconde année.

 

ANNÉES 70: Passe-Partout (Radio-Québec)
Émission éducative par excellence des années 70 et 80, Passe-Partout a marqué une, sinon deux générations d'enfants. Ce fut aussi un des plus grands succès de Télé-Québec. Fait marquant: L'émission connaît la frénésie des produits dérivés: un magazine, des verres, des figurines, des disques, etc. Qui a encore son verre de Pruneau? Vedettes: Marie Eykel, Claire Pimparé et Jacques L'Heureux. Cote d'écoute: 400 000 poussinots, en moyenne.

ANNÉES 80: Lance et compte (Radio-Canada)
Cette série culte suit le destin de Pierre Lambert, recrue du National de Québec. Fait marquant: C'est la première télésérie tournée de façon cinématographique, avec de nombreux plans extérieurs, des scènes de hockey spectaculaires et de nombreux rebondissements. Vedettes: Carl Marotte et Marc Messier, entre autres, mais aussi Marina Orsini, qui obtient le rôle du Suzie Lambert à 19 ans. Cote d'écoute: La troisième saison, en 1989, attire 2 280 000 fans.

ANNÉES 90: La Petite Vie (Radio-Canada)
Les sacs de vidange et le pâté chinois sont devenus des références télévisuelles incontournables après le passage de Pôpa et Môman dans nos salons. Fait marquant: C'est le show de télé québécois qui a obtenu la plus haute cote d'écoute jamais atteinte, soit 4 098 000 (en 1995). Vedettes: Claude Meunier, Serge Thériault, Marc Messier, Diane Lavallée, Marc Labrèche, Josée Deschênes, Bernard Fortin, Guylaine Tremblay et une foule d'autres comédiens qui se greffent à la série. Cote d'écoute: 2 000 000.

ANNÉES 2000: Annie et ses hommes (TVA)
Qui n'a pas été touché par le quotidien d'Annie et d'Hugo, à la tête d'une famille recomposée pas banale? L'adoption, le cancer, la place des handicapés, on y a (presque) tout abordé avec délicatesse et humanité. Fait marquant: L'émission a remporté de nombreuses récompenses: 34 prix Gémeaux, 11 prix Artis et 6 prix Métrostar. Vedettes: Guylaine Tremblay et Denis Bouchard. Cote d'écoute: 1 300 000.

ANNÉES 2010...
Quelle sera la série marquante de cette décennie? Dans sept ans, dira-t-on que c'est Unité 9 qui dominait? Penchera-t-on davantage pour les urgentologues de Trauma, pour les avocats de Toute la vérité, ou pour les policiers de 19-2? Les paris sont ouverts!

Des familles de tous genres

La famille est au coeur de nos téléromans. Au fil des années, nous sommes passés de familles très traditionnelles à des tribus plus éclatées. Ces quatre familles uniques ont laissé des traces dans nos mémoires.

À plein temps (1984-1988, Radio-Québec)
Une innovation sans précédent, où on mélangeait humains et marionnettes dans un téléroman à l'allure kitsch mais aux propos loin d'être superficiels. Madame Bourrette, la doyenne de l'émission, a même fait un retour discret aux Invincibles, pour le plus grand plaisir du public!

Paul, Marie et les enfants (1985-1987, Radio-Canada)
Un des premiers téléromans centrés autour de la famille reconstituée. Paul et Marie, qui ont chacun des enfants d'une autre union, en auront aussi ensemble pour former une famille de huit. L'aîné? Marc-André Coallier, à ses débuts!

Pure laine (2005-2006, Télé-Québec)
Elle vient des Îles-de-la-Madeleine, il est né à Haïti et ensemble, ils ont adopté une petite fille d'origine chinoise. Le prétexte est parfait pour discuter de l'identité québécoise et des minorités ethniques sous un angle humoristique fort sympathique!

La galère (2007-2013, Radio-Canada)
Stéphanie, Claude, Mimi et Isa vivent ensemble avec leurs enfants dans une grande maison où le chaos règne en permanence! Cette joyeuse bande d'amies tricotée serré repense la famille traditionnelle d'une façon jamais vue auparavant. Malgré les sujets très difficiles qu'on y aborde (l'euthanasie, par exemple), on s'y retrouve avec bonheur chaque lundi soir.

Qui nous ont touchées droit au coeur

Il aurait pu y en avoir des milliers. On en a choisi cinq.

1. On s'est longtemps demandé comment le quatuor des Invincibles allait finir. Cette finale aussi surprenante que touchante est doublée d'une trame sonore puissante. Still Loving You et les super-héros: un mélange explosif!

2. Josélito Michaud est un intervieweur de grand talent. En 2011, quand Isabelle Gaston s'est assise dans son train pour raconter l'irracontable, on n'a pu que saluer son courage. Une grande entrevue.

3. Les dramatiques de Janette Bertrand abordaient des questions difficiles sans prendre de détours. On a été plusieurs à être touchées par L'amour, c'est pas assez, où Mario St-Amand sombre dans la schizophrénie.

4. C'est le dernier épisode de la première saison de Lance et compte. Le National tire de l'arrière en finale, les joueurs sont complètement démotivés. Entre alors en scène le fils de l'entraîneur Jacques Mercier. «Marche, Jimmy!» restera une des scènes les plus touchantes de la télévision québécoise.

5. 23 février 2010. Joannie Rochette, deux jours après le décès de sa mère, offre une performance mémorable aux Jeux olympiques de Vancouver.

Commentaires

Partage X
Loisirs et culture

Nos meilleures émissions télé, d'hier à aujourd'hui

Se connecter

S'inscrire