Loisirs et culture

Guide des porte-bonheur

Guide des porte-bonheur

Porc (Allemagne) Tirelire en porcelaine, 23 cm (24,95$, chez Z'axe, Zone et Déco Découverte). Auteur : Coup de Pouce

Loisirs et culture

Guide des porte-bonheur

Pendentifs, animaux, statuette, d’où viennent ces porte-bonheur que nous arborons fièrement sur nous ou dans nos maisons? Voici la petite histoire de 10 d’entre eux.

1. Trèfle à quatre feuilles (Irlande)

Le statut de porte-bonheur du trèfle à quatre feuilles vient très certainement de sa rareté. Il y aurait 10 000 trèfles à trois feuilles pour un seul trèfle à quatre feuilles. La tradition dit que chaque feuille représente une vertu : l'espoir, la foi, l'amour et la chance. En le portant sur soi, on s'attire les pouvoirs correspondant à chaque feuille. Une légende qui vient du folklore irlandais raconte que découvrir un trèfle à quatre feuilles permet d'accéder au chaudron d'or des Léprechauns (farfadets). En trouver signifie qu'on est sur la bonne piste, que le chaudron est tout près.

2. Rideau d'étoiles (Bangladesh)

L'étoile est un porte-bonheur dans bien des cultures et ses caractéristiques diffèrent selon son nombre de pointes. Ses branches protègent la personne qui la porte des mauvaises énergies. Par extension, un rideau d'étoiles ne laisse entrer dans la pièce que les énergies positives. Dans la plupart des civilisations, l'étoile à huit branches représente un astre (lune, soleil, planète, étoile, comète, etc.) Les plus anciennes étoiles à huit branches viendraient de la Mésopotamie, où elles seraient le symbole de la déesse de l'amour, de la procréation et de la guerre.

3. Porc (Allemagne)

Vers la fin du 19e et le début du 20e siècle, l'image d'un porc blanc est utilisée comme porte-bonheur en Allemagne, en Autriche, en Angleterre, en Irlande et chez les Anglo-Américains. Si le porc est un symbole de prospérité financière, c'est qu'il peut vivre de déchets agricoles et qu'il se reproduit facilement. Une famille qui élève des cochons ne manquera jamais de viande. Le cochon porte-bonheur fait de pâte d'amande s'offre toujours au Nouvel An en Allemagne, en guise de souhaits de santé et prospérité. Pour attirer la richesse, la tirelire en forme de cochon est toute désignée!

4. Coq (Portugal)

Le coq est reconnu comme étant un porte-bonheur, un prophète et un guérisseur. La légende raconte qu'un pèlerin a été le suspect d'un crime dans la ville de Barcelos, au Portugal. Sans aucune preuve, les juges l'auraient fait arrêter, puis condamné à la potence. La veille de sa condamnation, le pèlerin aurait clamé son innocence et dit aux juges que le coq qu'ils s'apprêtaient à manger chantera trois fois au moment où il serait pendu. Personne n'a eu le courage de manger le coq, qui a effectivement chanté trois fois, au moment où le pèlerin montait sur la potence. Le pauvre homme a été libéré et le coq de Barcelos est devenu l'emblème du Portugal.

5. Bête à bon dieu (Europe)

On qualifierait la coccinelle de bête à bon Dieu depuis le Moyen Âge, où un condamné à mort attendait, la tête sur le billot, la décapitation. Il aurait alors recueilli délicatement une coccinelle pour la déposer un peu plus loin. La vie lui aurait ainsi été épargnée, la foule jugeant qu'il était impossible qu'un homme qui ménage une petite créature, puisse avoir commis un horrible crime. Son appellation, bête à bon Dieu, tient peut-être aussi au fait qu'elle débarrasse les jardiniers des pucerons et que leur envol annonce la pluie nécessaire à des récoltes abondantes. Quoi qu'il en soit, si une coccinelle se pose sur nous, ce serait un signe de chance et de prospérité.

6. Vieilles pièces de monnaie chinoise (Chine)

Si on rassemble trois anciennes pièces de monnaie chinoise rondes avec un trou carré au milieu sur un fil rouge, elles attireront la richesse, la chance et le succès. Ces pièces ont été émises la première fois dans la dynastie Qin (221-209 av JC). Le cercle rond symbolise le ciel et le trou au centre représente la terre. Le fil rouge activerait la réalisation de notre vœu. Pour stimuler les affaires et attirer la prospérité, on accroche un carillon muni de pièces de monnaie chinoise au- près de la porte d'entrée de la maison ou au-dessus de la caisse enregistreuse d'un commerce.

7. Bol à vœux (Asie)

Inspiré des bols à aumônes tibétains, le bol à vœux permet d'écrire notre vœu sur un bout de papier et de le déposer à l'intérieur pour qu'il se réalise. Le bol à aumône compte parmi les huit objets qu'un moine bouddhiste peut posséder. Traditionnellement, les moines devaient mendier d'une maison à l'autre pour se nourrir. Encore aujourd'hui, les offrandes au bouddha se font dans différents bols symboliques, semblables au bol à vœux.

8. Poupée vaudou (Haïti)

La poupée vaudou représente symboliquement l'esprit d'une personne. La sorcellerie occidentale veut que les actions posées (piqûres d'aiguilles) sur la poupée aient des effets sur la personne qu'elle symbolise. Mais contrairement à la croyance populaire, la poupée vaudou ne sert pas à accomplir une vengeance. Elles auraient été créées pour soigner des maladies de façon localisée, protéger et ramener l'être aimée près de soi. En Occident, la poupée vaudou est considérée comme un porte-bonheur possédant différentes vertus.

9. Éléphant (Inde)

En Inde, l'éléphant représente le dieu Ganesh - corps d'homme aux quatre bras, à tête d'éléphant -, le dieu du foyer, qui apporte la chance et la prospérité. L'éléphant traditionnel est aussi un porte-bonheur, surtout lorsque sa trompe est tournée vers le ciel. La longévité de l'éléphant en fait un symbole de sagesse, de puissance, de loyauté et d'intelligence. Les figurines d'éléphants que l'on place sur des étagères et près des portes des maisons chasseraient les mauvais œil et assureraient la longévité, la chance et la prospérité à ses habitants.

10. Libellule (Japon)

Au Japon, la libellule est considérée comme un insecte victorieux, porteur de chance et de bonheur. La légende raconte qu'un taon s'est posé sur le bras de l'Empereur Yuryaku Tenno, vingt et unième de la lignée, tandis qu'il chassait. Alors qu'il allait se faire piquer, une libellule le secourut, en emportant le taon dans les airs. Dès cet instant, l'Empereur décréta que la région s'appellerait désormais la « Plaine de la libellule ». Au fil du temps, l'insecte s'est retrouvé sur les casques des samouraïs, des armoiries familiales et de nombreux autres objets.

Commentaires

Partage X
Loisirs et culture

Guide des porte-bonheur

Se connecter

S'inscrire