Loisirs et culture

Entrevue avec le cinéaste Martin Talbot

Entrevue avec le cinéaste Martin Talbot

Marl�ne G�lineau Payette Photographe : Marl�ne G�lineau Payette Auteur : Coup de Pouce

Loisirs et culture

Entrevue avec le cinéaste Martin Talbot

Touche-à-tout, il a réalisé plusieurs courts métrages tout en travaillant à la télévision. Avec aisance, il passe du documentaire (Les Apprentis du rebut global) à la comédie (Les Parent).

Vous racontez avec humour l'histoire d'un orphelin (Victor Andrés Turgeon Trelles) forcé de quitter le couvent où il a passé toute sa vie et tombant amoureux d'une caissière de cinéma porno (Sophie Desmarais)... atteinte de cécité! Est-ce un rêve ou la réalité?

Les deux! Mon héros n'existe pas dans la vraie vie, et il pratique un métier assez inusité, celui de relampeur: avec des ampoules, il redonne la lumière au monde! Sa naïveté et son absence totale de cynisme en font une sorte de Pinocchio, car il ne connaît rien et n'importe qui pourrait abuser de lui.

L'action se déroule au Québec dans les années 1960, mais un doute persiste.

On reconnaît Montréal, mais je voulais y ajouter une touche irréelle: le spectateur doit se laisser aller en acceptant de perdre ses repères. Cette époque était pleine de couleurs, porteuse d'espoir, et c'est ce que je voulais mettre de l'avant.

Que retenez-vous de votre travail à la télévision?

J'ai appris l'efficacité et développé une certaine assurance, difficile à acquérir quand on tourne un film aux trois ans. L'expérience des Parent a d'ailleurs été déterminante pour passer enfin au long métrage.

Sortie: 7 novembre

À lire: Cinéma: les films en salle en octobre

Commentaires

Partage X
Loisirs et culture

Entrevue avec le cinéaste Martin Talbot

Se connecter

S'inscrire