1. Pourquoi doit-on faire son testament?

Principalement pour garder le contrôle sur la transmission de nos biens et de notre argent après notre mort, c'est-à-dire pour qu'ils soient transmis à ceux et celles que nous avons choisis, sans complications juridiques et sans conflits.

2. Si on décède sans testament, que se passe-t-il?

Le législateur va alors tout décider pour nous, c'est ce qu'on appelle une « succession ab intestat ». Le Code civil du Québec a établi des règles de partage précises, selon différentes catégories décrivant les membres de notre famille. Par exemple, si l'on a des enfants (ou pas), mais un conjoint survivant (avec qui l'on est mariée), on fait ceci. Si l'on n'a ni enfant, ni conjoint, ni parent, ni frère, ni sœur, ni neveu ou nièce, on fait cela. Il existe des règles de partage préétablies pour toutes les situations.

3. Quelle forme peut prendre notre testament?

Trois formes de testament sont reconnues au Québec, à savoir le testament notarié ou authentique, qui est fait devant un notaire et est inscrit au registre des testaments à la Chambre des notaires; le testament olographe, qui est fait à la main et signé par le testateur; et le testament devant témoins, qui peut être dactylographié ou écrit par un tiers et signé devant deux témoins majeurs.

En fait, tant que le nom d'un héritier, le nom d'une personne responsable de la succession (liquidateur) et notre signature y figurent, notre testament peut être reconnu, même rédigé sur une serviette de table de restaurant!