Auteur : Coup de Pouce

C'est au cours du premier tiers du XIXe siècle qu'un sucre de fabrication locale fit une apparition remarquable sur le marché québécois; sa matière première : la sève d'érable. Dès le mois de mai 1837, "La Minerve" traite de l'importance de cette production du Bas-Canada qu'on estimait se chiffrer entre 800 et 1000 livres par homme. On rapportait par ailleurs dans le même journal qu'un habitant de Valcartier avait eu l'idée de blanchir du sucre d'érable et de le réduire en poudre afin d'obtenir une imitation de la meilleure cassonade, qu'il offrait à 9 sous la livre. On ne manquait pas d'encourager cette initiative, soulignant que les érablières n'exigent que peu de soins et que la saison des sucres n'empiète pas sur les autres travaux de la ferme.

  • Préparation 15 minutes
  • Cuisson 40 minutes
  • Portion(s) 6 portions
  • Crédits : Institut de tourisme et d'hôtellerie du Québec

Ingrédients

  • 36 pruneaux secs
  • 700 mL d' eau
  • 125 mL de sirop d'érable
  • 30 mL de noix de Grenoble hachées
  • 75 mL de crème à 35 %

Préparation

1. Faire tremper les pruneaux dans l'eau pendant toute une nuit.

2. Cuire les pruneaux dans l'eau pendant 15 minutes.

3. Ajouter le sirop d'érable et cuire encore pendant 25 minutes. Laisser refroidir les pruneaux dans leur jus.

4. Servir dans des coupes, à raison de 6 pruneaux par personne, avec 30 ml (2 c. à soupe) de sirop. Parsemer de noix hachées, soit 5 ml (1 c. à thé) par portion.

5. Fouetter la crème et garnir chaque coupe de 25 ml (1 1/2 c. à soupe) de crème.
Partage X
Desserts

Pruneaux à l'érable

Se connecter

S'inscrire