Localisé et identifié par Ernst Gräfenberg à la fin des années quarante, le point G est encore mal connu et on se pose encore beaucoup de questions à son sujet. Le point G est une zone érogène très sensible, de la grosseur d'une pièce de dix sous, logée dans la paroi supérieure du vagin, au niveau du premier tiers antérieur.

Comment trouver son point G?

On doit prendre la position assise ou encore à genoux, de façon à pouvoir insérer un ou deux doigts dans le vagin en les dirigeant vers le haut. Puis on cherche une petite zone granuleuse. On doit alors commencer à masser fortement le plafond du vagin. On sentira à un moment donné qu'une partie est en train d'enfler. C'est le point G.

Il est important d'exercer une bonne pression. Les caresses douces et un peu nonchalantes sont insuffisantes.

L'indice qui nous signale qu'on est au bon endroit est que cette stimulation provoque une envie d'uriner puisque le point G passe devant l'urètre, le conduit qui mène à la vessie. On doit passer par-dessus cette envie d'uriner, normale et temporaire, et maintenir la stimulation si on veut arriver à une excitation. Si vous le désirez, la première fois vous pouvez vous installer sur la cuvette des toilettes ; quand vous vous sentirez plus à l'aise, choisissez un endroit plus confortable.

Comment fait-on pour le stimuler?

Comme on l'a dit, il faut le masser fortement. Les premières fois, cela peut demander un peu de temps, nécessitant parfois une bonne vingtaine de minutes. Au fur et à mesure que l'excitation monte, le point G se gonfle et s'agrandit. Lors de l'orgasme, il peut avoir doublé de volume.