Notre état de santé à 40 ans

«C'est une décennie marquée par la baisse de la fécondité, note la Dre Blais. À partir de 40 ans, seulement 30 % à 40 % des femmes réussissent à devenir enceintes. Pour celles qui veulent un enfant, l'horloge sonne!» Les risques de faire une fausse couche augmentent également: ils tournent autour de 40 %.

«Vers 42 ou 43 ans, on peut aussi commencer à ressentir des symptômes de la périménopause», poursuit le médecin. Les sécrétions des hormones féminines (oestrogène et progestérone) deviennent irrégulières, ce qui peut entraîner notamment une irrégularité des menstruations, de l'irritabilité, des bouffées de chaleur, des maux de ventre et des migraines durant les menstruations.

Autre changement: notre métabolisme de base commence à ralentir. Résultat: notre corps dépense moins d'énergie au repos. «Les femmes peuvent prendre un peu de poids et avoir de la difficulté à le perdre», dit la Dre Blais.

La santé à 40 ans: les tests clés

  • Examen général annuel ou aux deux ans avec prise de tension artérielle, mesure du poids et du tour de taille, etc. «Dans la quarantaine, ce n'est pas du luxe», dit la Dre Blais. C'est également l'occasion de parler au médecin de ce qui nous inquiète et de nous faire prescrire les tests appropriés selon nos symptômes.

  • Tests afin de prévenir des maladies qui pourraient nous affecter plus tard. On passe au moins ces deux tests: glycémie à jeun, pour détecter le diabète, et test thyroïdien.

  • Examen gynécologique avec test de Pap aux deux ans, ou plus souvent si on a plusieurs partenaires. On en profite pour faire un dépistage des maladies transmises sexuellement, si c'est nécessaire.

  • Pas de mammographie annuelle obligatoire, à moins d'être à risque, notamment s'il y a des cas de cancer du sein dans notre famille.

  • Examen de la vue. «Certaines femmes de cette tranche d'âge commencent à souffrir de presbytie. Pour d'autres, cela se produit seulement dans la cinquantaine», explique la Dre Blais.