Notre état de santé à 20 ans

Entre 20 et 30 ans, les risques pour notre santé sont surtout liés à la sexualité, affirme la Dre Johanne Blais, médecin à l'Unité de médecine familiale du Centre hospitalier universitaire de Québec et auteure de livres sur la santé des femmes. À 20 ans, notre fertilité est à son maximum, mais rares sont les femmes qui choisissent cette période pour fonder une famille. Plusieurs ne sont pas encore engagées dans une relation stable et peuvent avoir plusieurs partenaires sexuels. «Les principaux aspects à surveiller sont donc la contraception et la prévention des maladies transmises sexuellement, dit la Dre Blais. Notamment le virus du papillome humain (VPH), qui se présente sous plusieurs formes et dont les types 16 et 18 sont à l'origine de 70 % des cas de cancer du col de l'utérus.»

Le surmenage guette aussi les femmes dans la vingtaine, constate la Dre Hélène Daoust, médecin de famille à la Clinique médicale des Trois-Lacs de Vaudreuil-Dorion. «Surtout celles qui sont encore aux études, précise-t-elle. Certaines travaillent en même temps et sortent beaucoup. Elles consultent pour des symptômes comme la fatigue, des maux de tête, des évanouissements. En les questionnant, on s'aperçoit que leur hygiène de vie est en cause. Elles travaillent trop, manquent de sommeil et s'alimentent mal. Certaines ne mangent pas assez, sautent des repas ou mangent beaucoup de fruits et de légumes, mais négligent les protéines.»

À cet âge, on peut adopter d'autres comportements à risque. Par exemple, aller dans les salons de bronzage et s'exposer au soleil sans protection pour avoir un beau teint. «Les cancers de la peau se développent 10, 12 ou 15 ans après une exposition excessive, rappelle la Dre Blais. Des coups de soleil à 20 ans peuvent amener un cancer de la peau à 35 ans.»

Le tabagisme demeure un autre enjeu de santé important, car l'usage du tabac est relié directement à 85 % des cas de cancer du poumon, en plus d'être responsable de 30 % de tous les cancers, selon la Société canadienne du cancer. Il est aussi un facteur de risque majeur pour les maladies du coeur. Or, les jeunes femmes fument encore beaucoup: 18 % des 20-24 ans, selon la dernière Enquête de surveillance de l'usage du tabac au Canada (2009).