L'alimentation vivante est un régime à base d'aliments crus, de préférence biologiques, qui ont subi un minimum de transformation, soit uniquement la germination ou la fermentation. Les crudivores se nourrissent donc essentiellement de végétaux (légumes, fruits et algues), de noix, de graines, de céréales et de légumineuses germées. Habituellement, les adeptes évitent les aliments du règne animal, y compris le lait, les œufs et le miel.

Pour les adeptes de l'alimentation vivante, manger cru c'est une façon différente de voir les aliments, une manière de découvrir de nouvelles saveurs en plus d'être un gage de santé.

Manger cru: les bienfaits pour la santé

La santé est d'ailleurs le premier argument des adeptes de l'alimentation vivante. Manger cru apporte en effet vitamines, fibres, antioxydants et autres flavonoïdes, favorise l'élimination des déchets accumulés dans l'organisme et améliore la flore intestinale, donc le système immunitaire.

«Avec ce régime, toutes les enzymes, naturellement présentes dans les fruits, les légumes et les germinations, sont intactes, et la structure moléculaire de l'aliment n'est pas modifiée», explique Chantal Roy, chef en alimentation vivante et fondatrice du Tout cru dans l'bec, le tout premier restaurant cru du Québec, établi à Rouyn-Noranda depuis 2005. « Les aliments cuits, même s'ils sont bons, n'ont plus d'enzymes, ça exige donc plus d'énergie du corps qui doit en produire pour faciliter la digestion», précise-t-elle. Ce surcroît de travail demandé à l'organisme affaiblirait les organes internes, ce qui entraînerait une prédisposition aux allergies et à plusieurs maladies.

Marie-Josée Leblanc, directrice d'Extenso, la référence en nutrition de l'Université de Montréal, reconnaît que la cuisson détruit une partie des vitamines et minéraux des aliments. Par contre, elle augmente la teneur en bêtacarotène et en lycopène de certains légumes comme la tomate ou la carotte. «La cuisson peut aussi réduire les propriétés anticancéreuses de certains aliments. Un inconvénient largement compensé par le fait qu'on mange davantage de légumes lorsqu'ils sont cuits», souligne Mme Leblanc, qui ajoute qu'il n'existe aucune donnée probante établissant un lien avec l'amélioration du système immunitaire et du niveau d'énergie attribués à l'alimentation vivante. Quant aux enzymes des aliments crus, elles permettent que la digestion des glucides, des protéines et des lipides s'amorce dans l'estomac, mais dès que l'acidité devient trop importante, elles sont détruites.