Bien que la SP soit le plus souvent diagnostiquée chez les jeunes adultes de 15 à 40 ans, nous savons qu'elle atteint aussi les enfants, dont certains n'ont que trois ans. L'impact en est ressenti par la famille, les amis et la collectivité. La SP est imprévisible, elle affecte la vue, l'ouïe, la mémoire, l'équilibre et la mobilité. Ses effets physiques, émotionnels et financiers durent toute la vie. Et il n'y a pas encore de remède à cette maladie.

La Société canadienne de la sclérose en plaques est là pour aider. Personne ne doit faire face à la SP seul. Dans les collectivités du Canada, nos bénévoles et notre personnel fournissent de l'information, du soutien et d'autres ressources aux personnes atteintes de SP et à leur famille et organisent des événements éducatifs à leur intention. Les chercheurs subventionnés par la Société de la SP travaillent à mettre au point de nouveaux et de meilleurs traitements. Leur but ultime est de trouver un remède à la SP.

La SP peut entraîner des troubles de l'équilibre et de la vue, des difficultés d'élocution, une extrême fatigabilité, voire la paralysie. La SP a été décrite pour la première fois par un neurologue français, Dr Jean-Martin Charcot, en 1868.

Types de sclérose en plaques
  • Syndrome clinique isolé

La toute première forme de SP. Caractérisée par une seule poussée de symptômes neurologiques, mais des lésions peuvent être détectées par une IRM du cerveau.

  • La forme cyclique

Caractérisée par des poussées clairement définies, suivies de rémissions complètes ou partielles; il s'agit de la forme la plus fréquente (75%, au moment du diagnostic).

  • SP bénigne

Type secondaire de SP cyclique dans lequel les rémissions, après les poussées, sont presque complètes, de sorte que 10 ou 15 ans suivant l'apparition de la maladie, peu d'incapacités sont observées. De 10 à 15% de tous les cas de SP sont de type bénin. Dans la plupart d'entre eux, les symptômes touchent principalement la vue ou le toucher (ou les deux). La proportion de personnes qui demeurent atteintes de la forme bénigne diminue au fil du temps et passe de 60% après 10 ans, à 40% après 20 ans et 25% après 30 ans.

  • SP progressive

Caractérisée par une incapacité croissante et constante avec ou sans poussées.

  • La forme progressive primaire

Moins répandue (de 10 à 15% des cas, au moment du diagnostic), elle se caractérise d'emblée par une aggravation presque continue, sans poussée ni rémission évidente. Cette forme apparaît généralement chez les gens dans la quarantaine et est la seule qui touche les hommes et femmes dans une même proportion.

  • La forme progressive secondaire

La maladie devient progressive à la suite d'une phase initiale cyclique. Plus de gens atteints de SP cyclique développent éventuellement (après 5 à 25 ans ou plus) la forme progressive secondaire. Dans cette dernière, la maladie progressera avec ou sans poussées. Lorsqu'une poussée survient toutefois, la récupération n'est généralement pas complète; les incapacités s'accumulent donc au cours des années.