Anévrisme cérébral non rompu
Les anévrismes intracrâniens non rompus ne présentent généralement pas de symptômes. Certaines personnes peuvent cependant ressentir des maux de tête localisés, une paralysie de certains nerfs crâniens, une vision double, une pupille dilatée, des douleurs autour des orbites ou des douleurs siégeant à l'intérieur et derrière l'¿il, mais la plupart du temps, les anévrismes sont découverts fortuitement lors d'un scanner ou d'un examen par résonance magnétique.

Trois choix se présentent alors: la chirurgie préventive, l'observation attentive ou l'intervention en neuro-radiologie. La décision dépend de plusieurs facteurs: la grosseur et la localisation de l'anévrisme, l'âge, l'état de santé et l'histoire médicale de la personne. Une étude menée par les neurologues de la Clinique Mayo à l'échelle internationale révélait que le risque de rupture d'un anévrisme de moins de 10 millimètres était de seulement 0,05 % par année. Lorsque l'anévrisme est de plus de 10 millimètres, les risques de rupture augmentent à 0,5 %, ce qui est encore très bas.

Compte tenu du faible risque de rupture et des risques chirurgicaux importants, on opte généralement pour l'observation attentive tant que l'anévrisme n'a pas atteint 10 millimètres. Après quoi, la décision de traiter l'anévrisme est évaluée cas par cas en tenant compte de toutes les options et de tous les risques.

Rupture d'anévrisme
Avec le temps et sous l'influence de certains facteurs, la paroi de l'artère où est localisé l'anévrisme peut s'amincir encore et se rompre. La gravité des symptômes varie selon l'importance de l'hémorragie mais typiquement, la rupture d'anévrisme se manifeste par l'apparition brutale et inattendue d'un mal de tête violent, généralement diffus, mais parfois localisé dans la région occipitale ou la région frontale, décrit souvent comme une explosion ou un coup de poignard.

Cette céphalée est souvent accompagnée d'une brève perte de conscience, de nausées, de vomissements et d'intolérance à la lumière. En cas d'hémorragie peu importante, une raideur de la nuque peut parfois être le seul signe observable. Dans les cas les plus graves, la personne tombe immédiatement dans le coma et la respiration devient insuffisante. On estime qu'environ 12 % des personnes qui subissent une rupture d'anévrisme meurent avant d'avoir reçu les soins appropriés, que 40 % d'entre eux décèdent malgré une intervention médicale et que 30 % des survivants présentent ensuite des séquelles neurologiques permanentes. Cela signifie que seulement 20 % des personnes s'en tirent avec un bon pronostic. Malheureusement, l'anévrisme n'est souvent découvert que lors d'une complication grave. C'est donc essentiellement à l'occasion d'une rupture anévrismale que le diagnostic est fait.

On sait cependant que 70 % des gens qui font une telle hémorragie ont eu des signes précurseurs dans les heures ou les jours précédents, comme des épisodes de maux de tête inhabituels et subits. Ces maux de tête, que l'on appelle céphalées sentinelles, indiquent souvent qu'il y a eu un léger saignement ou qu'une rupture d'anévrisme se prépare.

Le scanner cérébral de ces patients est habituellement normal et une ponction lombaire permettra de mettre en évidence du sang dans le liquide céphalo-rachidien et justifiera une investigation plus poussée en neuro-radiologie.