Une bonne ambiance au boulot, c'est capital. Selon une récente enquête du magazine Jobboom, c'est la valeur la plus importante pour les travailleurs québécois, hommes et femmes confondus. Un résultat qui étonne peu quand on sait qu'elle agit directement sur la motivation: tant que l'ambiance est bonne, on est contente d'être au travail et on réagit aux petits pépins sans se démoraliser. Pourtant, selon l'Ordre des conseillers en ressources humaines agréés, seulement 20 % des entreprises peuvent se vanter d'offrir un très bon ou excellent climat de travail. Autrement dit, la majorité des bureaux, usines ou commerces pourraient être plus agréables à vivre!

«Les ambiances de travail agréables dépendent de trois facteurs principaux, dit Natalie Bertrand, conseillère en ressources humaines agréée (CRHA) à la tête de la firme de conseil en ressources humaines Gestion Mieux-Être: de bonnes relations entre les employés, des consignes claires pour chacun et des équipements adéquats.» Et derrière cela, un facteur très important: une bonne communication. Une équipe où les gens communiquent bien - et où l'apport de chacun est reconnu - risque moins d'être affectée par des délais serrés, des difficultés économiques ou un équipement peu performant.

La qualité de la direction pèse également lourd dans l'ambiance d'un bureau, d'un commerce ou d'une usine parce que ce sont les patrons qui expliquent aux employés les objectifs à atteindre et leur fournissent l'encadrement et les outils dont ils besoin. «J'ai démissionné l'année passée parce que j'étais tanné de l'inaction de mon grand patron, qui ne prenait pas les décisions qui s'imposaient, raconte Martin, qui travaillait à l'époque comme représentant chez un installateur de câbles de télécommunication. Mon supérieur immédiat était incompétent et nous faisait perdre des contrats. Le grand patron était au courant, mais il ne faisait rien pour régler la situation, malgré nos plaintes répétées. Nous avions l'impression que notre travail ne servait à rien et nous n'avions aucun recours. Toute l'équipe était démotivée!»

Un point important à retenir: une mauvaise ambiance, par définition, est une perception partagée. En clair: l'insatisfaction est généralisée. C'est la grande différence entre une atmosphère viciée et une insatisfaction personnelle: si on est seule à trouver que les équipements ne sont pas adaptés ou que nos tâches ne sont pas claires, la situation est probablement due à une frustration qui nous est propre ou à un conflit de personnalité plutôt qu'à une mauvaise ambiance.