"J'étais serveuse depuis quatre ans quand on m'a offert le poste de gérante, raconte Nadine. Je me suis sentie flattée et j'ai tout de suite accepté. Je n'avais pas réalisé à quel point ça pouvait être difficile de gérer du personnel." Incapable de faire preuve d'autorité, la jeune femme de 29 ans s'est vite sentie misérable dans son nouveau rôle. "Je continuais à voir les autres serveurs sur un pied d'égalité et même comme des amis, et ils le sentaient." L'un s'absente sans raison, l'autre veut changer d'horaire, un autre encore décide de finir sa journée plus tôt... Autant de situations sur lesquelles Nadine n'a aucun contrôle et qui lui valent les remontrances du propriétaire. "J'ai quitté mon poste après six mois, je n'en pouvais plus!"

Tous les spécialistes interrogés s'entendent: qu'il s'agisse d'être responsable de service, gérante de magasin ou p.-d.g., gérer du personnel n'est pas à la portée de tous. Et, même s'il n'existe pas de profil unique, certaines aptitudes semblent incontournables. "Une des principales qualités d'un bon gestionnaire est le leadership", affirme Denis Gagnon, président d'Isocrate, une firme de recrutement de cadres et de professionnels. Ce talent, qu'il définit comme la capacité de prendre des décisions et de diriger les autres, serait, selon lui, en partie inné. L'avons-nous? "On n'a qu'à se rappeler le genre d'enfant qu'on était. Était-on du genre à entreprendre des choses, à entraîner les autres à notre suite?" Cela dit, qu'on se rassure: même si on n'était pas la chef de file de notre classe, fonceuse sur tous les fronts, cela ne signifie pas qu'on soit inapte à être patronne!

Qualités recherchées
Luc Brunet, psychologue du travail et des organisations, et enseignant à l'Université de Montréal, estime qu'on peut développer son leadership."Par contre, certains traits de personnalité sont essentiel", nuance-t-il: être consciencieuse, extravertie, et posséder une bonne capacité d'adaptation, par exemple, sont des atouts importants. Une bonne dose de créativité constitue également un ingrédient appréciable. "À cause de la compétition, il faut parfois se montrer créatif pour se démarquer, note Luc Brunet. La créativité sert aussi à trouver des solutions à des problèmes particuliers." Diplôme universitaire, habiletés techniques et connaissance approfondie de l'entreprise bonifieront sans contredit notre curriculum vitae.

Une bonne estime de soi
Une bonne estime de soi représente aussi une solide assise dans notre rôle de patron. "Si celle-ci est faible et qu'on manque d'assurance, on risque de remettre continuellement nos décisions en question, surtout lorsqu'elles seront critiquées", note Pierre-Marc Brunet, psychologue du travail, président de Conseil-Source, une société-conseil spécialisée en leadership, et auteur de Profession: patron. Il souligne de plus l'importance de savoir faire preuve d'autorité, un atout indispensable si on veut être en mesure de diriger nos troupes!