Infidèle?

«Un soir, je suis sortie avec des collègues, et mon chum est sorti de son côté. Durant la soirée, j'ai rencontré une amie et croisé mon ex. On a jasé et dansé tous ensemble. Le lendemain, sur Facebook, cette copine a écrit sur mon mur: "Wow, quelle belle soirée hier soir! Je ne connais pas son nom, mais ton chum est super sympathique!" Vous imaginez la suite? J'ai reçu un appel de mon chum, pas très ravi! Il ne croyait pas à mon histoire. Même si cette amie s'est confondue en excuses, le mal était fait. Mon chum a fini par me croire, mais je pense cela a été le début de la fin. Après notre rupture, je me suis dit que si mon amoureux ne me croyait pas et qu'il ne se fiait qu'aux commentaires d'autres personnes, il n'en valait pas la peine. Et cette amie est encore mon amie...» - Ève, 44 ans

Retrouvailles toxiques

«J'ai appris à mes dépens que le Web peut être pernicieux quand quelqu'un ayant de mauvaises intentions l'utilise. J'accepte une ancienne amie du secondaire qui m'a retrouvée sur le réseau. Cool! Puis, je me rends compte qu'elle utilise son mur pour raviver des souvenirs de notre secondaire. Elle règle ses comptes avec ceux qui lui ont fait du mal. Elle publie des messages du genre "Cette fille m'a volé mon chum de l'époque, c'est moi qui aurais dû avoir sa vie"» et elle met un lien vers la page Facebook de la fille. Malaise! Je ne voulais pas avoir l'air d'appuyer ce qu'elle disait. Puis, un jour, tout a arrêté. Son compte a disparu. Je l'ai dénoncée à Facebook. D'autres ont dû le faire aussi. Je me devais d'agir. Elle perdait sa réputation et salissait celle de l'autre fille.» - Lucie, 39 ans

Un vrai plaisir

«Étant active sur Twitter depuis trois ans et une participante assidue aux activités tweet-up à Québec (des rencontres d'utilisateurs de Twitter), j'ai eu la chance de rencontrer quatre bonnes amies avec qui la relation dure depuis plus d'un an. Un petit groupe amusant, bien soudé, mais qui se laisse aussi respirer. Je les apprécie beaucoup et j'ai été épatée qu'elles viennent m'aider le jour de mon déménagement. J'ai constaté qu'on repère les affinités plus facilement avec les amies virtuelles qu'avec les personnes rencontrées en milieu de travail, par exemple. Si on aime les mêmes sujets, fréquente les mêmes forums et partage les mêmes préoccupations, on évolue dans le même réseau et il y a de fortes chances que, dans la vraie vie, on puisse bien s'entendre. Si j'avais un conseil à donner aux gens qui veulent passer du virtuel au réel, ce serait celui-ci: dès le jour un de la présence virtuelle, être vraie. Ainsi, quand on se rencontre en personne, il n'y a pas de malaise. Mais attention: cela ne veut pas dire être 100% ouverte sur tous nos petits bobos et sur nos moindres pensées secrètes! Un filtre est toujours bon!» - Esther, 38 ans

Pour en savoir plus

  • Comment devenir une star des médias sociaux, par Dominic Arpin et Patrick Dion, Quebecor, 2010, 160 p., 19,95$.
  • Les Médias sociaux 101, par Michelle Blanc, Les Éditions Logiques, 2010, 184 p., 19,95 $.