«Je n'aime pas mon cou trop long ni ma bouche trop grande. Et je me trouve grosse. Bref, moins il y a de miroirs dans mon environnement, mieux je me porte», avoue Brigitte, dans un éclat de rire qui dissimule une certaine gêne à parler de son physique. Malaise d'autant plus incompréhensible que toutes les femmes voudraient lui ressembler: ses 5 pi 10 po pour 135 lb, ses longs cheveux bouclés, sa peau de pêche et ses yeux verts attirent invariablement le regard. Pourtant, lorsqu'on la complimente, elle insiste sur ses cuisses qu'elle trouve un peu fortes. Décourageant pour les autres!

Brigitte est loin d'être la seule dans son cas. À la suite d'un sondage mené auprès de 3 200 femmes en 2004, la compagnie Dove révélait que seulement 2 % des répondantes se trouvaient belles. Au Canada, ce chiffre serait de 1 %. «Il y a tellement de femmes qui ne se trouvent pas belles, dit la psychologue Brigitte Hénault. Les belles filles ne se trouvent même pas jolies, il y a toujours quelque chose qui cloche. C'est que les femmes ont un réflexe de comparaison: même les mannequins, en en voyant arriver une plus jeune, ont tendance à se comparer à elle, à se trouver moins belles.»